OEUVRE, subst.

OEUVREsubstantif
I. − Au féminin
A. − Au singulier dans la plupart des emplois
1. Ensemble d'actions accomplies par quelqu'un en vue d'un certain résultat. Synonyme activité, tâche, travail, entreprise.OEuvre colonisatrice, de colonisation; oeuvre d'organisation; oeuvre rédemptrice; l'oeuvre du salut. L'homme ne choisit ni son chemin ni son oeuvre; Dieu lui donne sa tâche par les circonstances et par ses convictions. Il faut l'accomplir (Lamart., Voy. Orient,t.2, 1835, page 260).À cette oeuvre immense de construction sociale, c'est l'immense majorité des citoyens qui doit concourir (Jaurès, Ét. soc.,1901, page 93):
1. ... voir dans le travail une auto-création absolue, ne concevoir le destin de l'homme que dans son rapport avec la nature et les autres hommes, refuser de voir dans l'activité laborieuse une oeuvre libératrice nécessaire sans doute, mais introductrice aussi à une destinée plus haute, c'est fonder l'athéisme sur un immanentisme sans ouverture. Lacroix, Marxisme, existent., personn.,1949, page 33.
2. P.anal. [L'agent est une chose] Action, travail.
a) [L'agent est une faculté hum. ou un produit de son activité] L'oeuvre de l'intuition, de l'imagination, de la pensée. L'oeuvre d'abstraction de la science (Renouvier, Essais crit. généralement,3eessai, 1864, page 109).[Un édifice accompli] manifeste à la lumière l'oeuvre combinée du vouloir, du savoir et du pouvoir de l'homme. Seule entre tous les arts, et dans un instant indivisible de vision, l'architecture charge notre âme du sentiment total des facultés humaines (Valéry, Variété III,1936, page 81).
b) [L'agent est un phénomène matériel, naturel ou social, ou un phénomène psychol.] Ma souffrance allait en augmentant chaque jour au lieu de diminuer. Non que l'oubli n'accomplît son oeuvre, mais là même il favorisait l'idéalisation de l'image regrettée (Proust, Fugit.,1922, page 448).À côté de son oeuvre de destruction grandiloquente, dont une ivresse d'épouvante peut émaner à la rigueur, elle [la guerre] est aussi une dégradation misérable de tout ce que la civilisation a mis debout (Romains, Hommes bonne vol.,1938, page 117):
2. Puis après, le temps un instant dompté, reprendra son oeuvre dévorante, et votre chair, aurore palpable, sera emportée tout à coup par la colère du sort ou de l'homme... Cros, Coffret santal,1873, page 126.
3. Expression et locution
a) À l'oeuvre (être, se mettre; mettre, voir, etc. quelqu'un). Au travail. Aussitôt, MM. les scientifiques de se rengorger, puis de mettre leurs scribes à l'oeuvre (Marat, Pamphlets,Charlatans mod., 1791, page 295).À la fin de février, je me mets à l'oeuvre, je passe 16 nuits et 16 jours au travail (Balzac, Correspondant,1839, page 575).Au petit jour, ils sont à l'oeuvre, cuisant le pain, repassant notre linge (Gide, Voy. Congo,1927, page 731).
Vieilli. Mettre la main à l'oeuvre. Se mettre au travail. La maison Moyen Âge fut commandée, et l'architecte chevelu mit la main à l'oeuvre (Reybaud, J. Paturot,1842, page 219).
[Le sujet ou l'obj. de la locution verb. désigne une chose] Être à l'oeuvre, mettre qqc. à l'oeuvre. Être, mettre en jeu, en action. Les moyens vertueux et bonasses ne mènent à rien. Il faut mettre à l'oeuvre des leviers plus énergiques et des trames plus savantes (Lautréam., Chants Maldoror,1869, page 175).Je retrouve une pensée plus vieille que moi à l'oeuvre dans mes organes de perception (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, page 404).
b) Faire oeuvre
Absol., rare et littéraire Agir, travailler. Ils veulent Chambord pour en être, l'un gouverneur, l'autre concierge, bien gagés, bien logés, bien nourris, sans faire oeuvre (Courier, Pamphlets pol.,Disc. souscr. acquis. de Chambord, 1821, page 73).Dans l'Eucharistie et dans les autres sacrements où le prêtre fait oeuvre sur terre au nom et en place de Dieu (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.1, 1840, page 372).
Ne (pas) faire oeuvre de ses dix doigts. Ne rien faire; en particulier, être incapable de tout travail manuel, de toute activité pratique. Synonyme usuel ne rien (savoir) faire de ses dix doigts.Si tu voyais, dans une de ces occasions difficiles où nous les hommes peuvent se trouver, un savant ou un homme de génie, qui ne sache faire oeuvre de ses dix doigts, tu en aurais vraiment pitié (Nodier, Fée Miettes,1831, page 71).Elle disait (...) que tous ces gens qui étaient là, à bâiller sur leurs portes, sans faire oeuvre de leurs dix doigts, lui donnaient sur les nerfs (Rolland, J.-Chr.,Adolesc., 1905, page 275).
Faire oeuvre + adjectif spécifiant ou qualifiant l'activité, l'action.Faire oeuvre scientifique, révolutionnaire; faire oeuvre utile. Il répliqua sèchement qu'il n'avait jamais, même dans sa courte vie, fait oeuvre policière (G. Leroux, Parfum,1908, page 74).
Faire oeuvre + nom de chose indiquant la nature de l'activité ou son but.Le moins surprenant est que dans une allée à l'extase, on ait l'illusion de connaître et de posséder, comme faisant oeuvre de science (on enrobe l'inconnu dans un connu quelconque, comme on peut) (G. Bataille, Exp. int.,1943, page 236).Il prétendait faire oeuvre de découverte et non oeuvre d'expression (Schaeffer, Rech. mus. concret,1952, page 142).
Faire oeuvre + nom de personne représentant l'agent auquel est propre un type d'activité ou de comportement.Faire oeuvre d'ami, de novateur, de savant. [Ils] ont fait oeuvre non seulement de très courageux critiques mais de patriotes et de bons chrétiens (Larbaud, Journal,1934, page 287).
c)
α) Mettre en oeuvre
Mettre qqc. en oeuvre. Employer des matériaux en leur donnant une forme et une disposition déterminées. Après enrobage, les matériaux sont le plus souvent laissés en tas pendant quelques semaines et mis en oeuvre à froid, lorsque l'enduit qui les recouvre a pris une consistance presque solide et simplement collante (Bourde, Trav. publ.,1929, page 123).BIJOUT. Mettre un diamant en oeuvre (Académie française1835, 1878).Par métaphore Un fragment de lettre ou de conversation [de La Bruyère] imaginé ou simplement encadré au chapitre des Jugements (...) est lui-même un adorable joyau que tout le goût d'un André Chénier n'aurait pas mis en oeuvre et en valeur plus artistement (Sainte-Beuve, Portr. littéraire,t.1, 1844-64, page 409).
Au figuré, Utiliser (des moyens), exploiter, mettre en pratique, en forme (une matière intellectuelle, des idées, un plan, une politique, etc.). Un changement d'activité mettant en oeuvre les forces vitales inemployées (Organ. loisirs travaill.,1939, page 22).[Ce Centre national du tourisme] recevait (...) la mission capitale de mettre en oeuvre le plan d'équipement et de modernisation du tourisme (Jocard, Tour. et action État,1966, page 26):
3. ... l'histoire naturelle de l'homme possède déjà les éléments nécessaires à son développement, et il s'agit maintenant de mettre en oeuvre les documents accumulés, de les classer, d'en tirer des conclusions générales. Histoire sc.,1957, page 1352.
Vieilli. Mettre quelqu'un en oeuvre. Mettre quelqu'un au travail, l'employer, le faire agir. C'est à ceux qui mettent les ouvriers en oeuvre à les payer (Académie française1798-1878).Dès que l'expérience a pu apprendre qu'un seul ragoût éminemment traité suffisait pour faire la fortune de l'inventeur, l'intérêt, ce puissant mobile, a allumé toutes les imaginations et mis en oeuvre tous les préparateurs (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, page 287).
β) Mise en oeuvre. Travail, disposition de matériaux en vue d'une utilisation donnée. Dans les monuments sépulcraux d'Égypte ou de Mauritanie, l'orgueilleuse revendication d'éternité cherche à s'affirmer par la mise en oeuvre colossale de blocs dont l'accumulation défie le temps (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, page 159).
Au figuré, Utilisation, mise en pratique, exploitation (d'éléments intellectuels ou moraux). Un esprit de premier plan ne peut se sauver de ce dilemme que grâce à l'art, je veux dire en exerçant sa pensée sur un plan nouveau, sur celui de son expression, de son élaboration artistique. (...) il suffit d'aimer l'art de telle manière que ce travail de la mise en oeuvre puisse remplacer la pensée au sens strict du terme (Du Bos, Journal,1921, page 20).Lorsque les amateurs sincères des idées estiment que la philosophie est la mise en oeuvre de la bonne volonté (...), ils admettent implicitement (...) cette vocation, cette prédestination et cette grâce efficace (Nizan, Chiens garde,1932, page 17).
γ) Metteur en oeuvre
BIJOUT. Artisan, ouvrier «qui fait la monture des pierres précieuses, perles, etc.» (DG, s.v. metteur).
Celui qui met quelque chose en pratique, qui utilise et dispose des éléments pour réaliser quelque chose. On trouva parmi ses papiers [d'un inventeur] nombre de plans qui ne demandaient que sa mort pour trouver des metteurs en oeuvre et s'épanouir (Arnoux, Suite var.,1925, page 234).
d)
α) Bois d'oeuvre. [Par opposition à bois de chauffage] Bois destiné à être travaillé. Synonyme bois à oeuvrer.Notre production ligneuse comprend beaucoup plus de bois de chauffage que de bois d'oeuvre ou d'industrie (Forêt fr.,1955, page 15).
β) Main-d'oeuvre*.
γ) Maison de l'oeuvre. [Au Moyen Âge] Auprès des monuments religieux en cours d'exécution, on construisait toujours une maison de l'oeuvre où logeaient l'architecte et les maîtres ouvriers chargés, de père en fils, de la continuation des travaux (Chabatt.21876).
δ) Maître d'oeuvre, maître de l'oeuvre. Voir maître1II A 1 a.
e) Par métonymie
α) Administration RELIG. Revenus affectés à la construction, à l'entretien, aux réparations des bâtiments d'un édifice religieux. Synonyme fabrique.L'oeuvre de cette paroisse est fort riche. Il a donné tant à l'oeuvre (Académie française1798-1878).L'argent ainsi pesé était remis entre les mains des directeurs de l'oeuvre du temple, qui le dépensaient en travaux de construction (Renan, Histoire peuple Isr.,t.2, 1889, page 409).
Banc d'oeuvre, banc de l'oeuvre ou, page ell., l'oeuvre. Banc d'honneur situé dans la nef de l'église en face de la chaire, occupé par les marguilliers, membres de la fabrique ou oeuvre d'une paroisse. En face, il y avait le banc d'oeuvre, et deux rangs d'hommes, quadragénaires, quinquagénaires et sexagénaires, cossus, pansus et cuissus (Romains, Copains,1913, page 228).
β) AGRIC., région. «Mesure agraire d'une superficie de 6 ares utilisée en Auvergne surtout pour évaluer l'étendue d'un vignoble» (Fén. 1970). Voir hectare exemple de Barrès.
Remarque Guérin 1892 donne ce sens comme anc. et le définit ainsi: «Mesure de terre, ce que l'on peut labourer en un jour».
B. − Au singulier et au pluriel
1. [Généralement avec une connotation morale ou dans des domaines particulier et des locution] Acte, action.
a) Exécuteur, maître des hautes, des basses oeuvres. Bourreau. Voir exécuteur B 2 et maître1II A 3 d.
b) Littér. ou page plaisant. (Femme) enceinte, grosse des oeuvres de quelqu'un. Enceinte du fait de quelqu'un. Des lettres anonymes (...) lui apprirent les amours de Beauchêne avec Norine, cette ouvrière de la fabrique, devenue grosse de ses oeuvres (Zola, Fécondité,1899, page 434).
c) THÉOL., MOR.
OEuvre de (la) chair. Acte sexuel. [Dans les anc. catéchismes] L'oeuvre de chair ne désireras Qu'en mariage seulement. Il m'annonce solennellement qu'il a été à Lourdes pour un voeu de chasteté, que lui et sa Ludine se sont engagés devant Dieu à ne plus faire l'oeuvre de chair, tout en continuant à coucher dans le même lit comme frère et soeur (Goncourt, Journal,1894, page 642).Dieu n'aime pas l'oeuvre de chair, et tout au moins lui impose-t-il une loi; ainsi se trouve-t-elle purifiée par ses mains. Moi j'ai accompli l'oeuvre de chair contre Dieu. C'est-à-dire avec le diable (Jouve, Paulina,1925, page 186).Voir aussi infra comme synonyme de oeuvre mauvaise.
[Désignant une action hum. considérée dans sa conformité ou sa non-conformité avec les prescriptions de la religions] Vous dites avec raison qu'un des traits caractéristiques de nos opinions morales, c'est de ne s'attacher qu'aux oeuvres indépendamment de la croyance (Tocqueville, Correspondant[avec Gobineau], 1843, page 60):
4. ... dans le Testament Nouveau, «le Seigneur choisit soixante-douze disciples et les envoya deux à deux prêcher devant lui» afin d'enseigner par la parole comme par l'exemple aux ministres de son Église à être parfaits dans la foi et dans les oeuvres, c'est-à-dire à s'affermir à jamais dans le double amour de Dieu et du prochain. Billy, Introïbo,1939, page 142.
OEuvre bonne, bonne oeuvre. Action conforme à la volonté de Dieu; en particulier (surtout au pluriel), action charitable faite envers le prochain, notamment envers les pauvres. Faire des bonnes oeuvres. Voir aussi infra d, page méton.Les bonnes oeuvres, les aumônes, les prières chez elle ou à l'église, de rares visites dans le monde (...) formaient tout le tissu de sa vie (Bourges, Crépusc. dieux,1884, page 166).En polémiquant contre les oeuvres comme source de salut, la Réforme ne s'en prenait que secondairement aux abus (...), elle s'en prenait à une doctrine qui devait être confirmée par le concile de Trente (...) et qui ajoute à la justification par la foi, les bonnes oeuvres qui méritent à l'homme la vie éternelle (Philos., Relig., 1957, page 50-7).[Dans la langues profane] Action méritoire. Ce serait véritablement une bonne oeuvre que de faire traduire les 2 livres de son ouvrage historique [de Herder] (Constant, Journaux,1804, page 57).Expression vieillie. Bon jour, bonne oeuvre. [Formule employée pour parler d'une bonne action faite le jour d'une grande fête] Ils se sont réconciliés le jour de Pâques: bon jour, bonne oeuvre (Académie française1835, 1878).Le plus souvent par antiphrase. Il a volé le jour de Pâques: bon jour, bonne oeuvre (Académie française1798-1878).
OEuvre de miséricorde. OEuvre destinée à soulager le prochain, matériellement ou spirituellement. Les sept oeuvres de miséricorde corporelle; oeuvres de miséricorde spirituelle. J'accomplissais, en vêtant ceux qui sont nus, une des sept oeuvres de la miséricorde (A. France, Vie fleur,1922, page 304).
OEuvre pie. OEuvre de charité faite en vue de Dieu (d'après Marcel 1938). Voir pie2B 1.
OEuvre morte. OEuvre bonne en soi, mais inutile pour le salut, son auteur n'étant pas en état de grâce (d'après Marcel 1938).
OEuvre mauvaise. Action contraire à la volonté de Dieu. Synonyme oeuvre de la chair, d'impiété, du diable, de ténèbres.Ce que sa morale [d'Abélard] fait immédiatement passer au premier plan, c'est l'importance primordiale du consentement interne, sa prépondérance sur l'acte qui la suit. Autre chose est pécher, autre chose accomplir son péché. Il conduit si loin cette distinction, qu'à ses yeux non seulement l'oeuvre mauvaise ne doit pas s'appeler péché, au sens propre du terme, mais même qu'elle n'ajoute rien à la gravité du péché (Gilson, Espr. philos. médiév.,1932, page 145).[Dans la langues profane] Acte pervers, immoral. Point de liberté de la presse, point de jurés, point de liberté civile, mais des espions de police, et des journaux à gages, pour vanter cette oeuvre de ténèbres (Staël, Consid. Révol. fr.,t.2, 1817, page 165).Expression [P. réf. à la formule liturg.] Renoncer à Satan, à ses pompes, à ses oeuvres. Rodolphe mesura la situation et dit avec un peu de mélancolie car il avait renoncé à Satan comme à ses pompes et à ses oeuvres! Ne craignez rien, mon père, je vais aller ouvrir la porte (Aymé, Nain,1934, page 263).P. plaisant. Le mépris qu'en général je porte à la psychiatrie, à ses pompes et à ses oeuvres, est tel que je n'ai pas encore osé m'enquérir de ce qu'il était advenu de Nadja (Breton, Nadja,1928, page 133).
OEuvre servile. Travail corporel pénible interdit en principe par l'Église le dimanche et les jours de fête. Quand l'Église a fait ce commandement de s'abstenir à certains jours de toute oeuvre servile, il y avait des serfs alors liés à la glèbe; pour eux, en leur faveur, le repos fut prescrit (Courier, Pamphlets pol.,Pétition pour vill., 1822, page 137).
d) Par métonymie Entreprise, organisation religieuse ou laïque ayant pour mission de venir en aide à certaines catégories de personnes. On ne sait ce qu'on doit le plus admirer, dans les oeuvres établies ou rêvées par saint Vincent de Paul, de l'ardente charité qui en inspire le dessein ou du génie pratique qui préside à leur règle (Coppée, Bonne souffr.,1898, page 136).Les oeuvres universitaires constituent un service public de l'État à vocation sociale (Éduc.1979):
5. Ce qui fait la grandeur et surtout l'incomparable efficacité sociale de notre Philanthropie catholique (OEuvres de Bienfaisance, Soeurs de Saint-Vincent-de-P., etc.), c'est que, en fait, la distribution des secours matériels n'atteint guère que les résignés, les bons esprits, et ne risque pas d'encourager les insatisfaits, les rebelles, ceux qui n'acceptent pas leur condition inférieure... Martin du G.Thib.,Mort père, 1929, page 1337.
SYNTAGMES OEuvres catholiques, chrétiennes; oeuvres laïques, sociales; oeuvre privée; oeuvre d'utilité publique; oeuvre charitable; oeuvre de charité; fonder une oeuvre; donner aux bonnes oeuvres.
Parfois péjoratif Homme, dame d'oeuvres/de bonnes oeuvres. Personne qui agit au sein d'une organisation charitable. Le type de ces grands bourgeois, honneur de la république qu'ils ont fondée. Un homme d'oeuvres, hautement estimé dans le protestantisme français (Vogüé, Morts,1899, page 123).Je pensais à ces vieilles dames des bonnes oeuvres qui «font la charité», donnent vingt francs et exigent la reconnaissance (Saint-Exup., Terre hommes,1939, page 205).
2. Résultat, produit d'une activité ou d'une action humaine matérielle ou morale; ce qui est réalisé, créé. Être l'oeuvre de quelqu'un; une oeuvre, les oeuvres de l'homme; un chef-d'oeuvre (v.ce mot A); (p. anal.) l'oeuvre, les oeuvres de Dieu, l'oeuvre de la création. Je dirai: −Ce beau jeune homme, c'est moi! Ce marquis de Rubempré, je l'ai créé et mis au monde aristocratique; sa grandeur est mon oeuvre (Balzac, Illus. perdues,1843, page 725).[L'action] aspire à revêtir un caractère d'universalité, à se produire d'une façon qui puisse être comprise de tous, à créer une oeuvre qui vaille par elle-même, et qui soit capable d'exercer à son tour une action (Blondel, Action,1893, page 232).Pas d'ornements inutiles dans cette oeuvre du tailleur royal, une coupe simple, même très simple et un peu lourde (Larbaud, Barnabooth,1913, page 114):
6. Ce désordre par définition ne peut être l'oeuvre du Créateur, puisque toute chose est bonne de ce seul fait qu'elle est son oeuvre. Il ne peut donc être l'oeuvre que de la créature libre, libre de se prendre elle-même pour fin, au lieu de Dieu qui n'a pas de fin. Claudel, Correspondant[avec Gide], 1906, page 65.
Au singulier [Suivi d'un adjectif indiquant le domaine concerné] Les réalisations (de quelqu'un) dans tel domaine particulier. L'oeuvre politique, sociale (de quelqu'un, d'un régime); l'oeuvre religieuse (de quelqu'un). Si, de l'oeuvre agricole, vous reportez les yeux vers l'oeuvre industrielle, vous rencontrez partout le même art d'exploiter et d'utiliser les choses (Taine, Philos. art, t.1, 1865, page 256).Son oeuvre scientifique [de Claude Bernard] a été largement diffusée par la publication de ses cours en une série de volumes qui se sont très largement répandus (Histoire généralement sc.,t.3, vol.1, 1961, page 472).
Par analogie L'oeuvre de qqc. Ce qui résulte d'un processus naturel ou de l'action d'un phénomène ou d'une série de phénomènes intellectuels, moraux ou sociaux. Être l'oeuvre du hasard, de l'histoire. Le mal comme le bien est l'oeuvre de la liberté. Le mal que la liberté a fait, c'est à la liberté de le corriger (Renouvier, Essai crit. généralement,3eessai, 1864, page lxxii).Les déformations spontanées, oeuvre de l'ignorance, sans doute, mais d'une ignorance heureuse et instinctive (Gourmont, Esthét. langues fr.,1899, page 103).C'était un trou. On me fit remarquer que dans un trou pareil je me fusse aisément rompu les jambes. Ce trou, personne n'en était responsable: c'était l'oeuvre du temps (Saint-Exup., Terre hommes,1939, page 181).
Expression et locution
Être le fils de ses oeuvres. Ne devoir sa position, sa situation, sa réussite qu'à ce que l'on a fait par soi-même. Voir fils I B 2 b exemple de Sand et de Renard.
Couronner l'oeuvre. Porter quelque chose à son comble (en bien ou en mal). Glocester: Qui vous retient? Pourquoi Ne pas couronner l'oeuvre en disant que c'est moi? (Delavigne, Enf. d'Édouard,1833, ii, 9, page 85).Proverbe. La fin couronne l'oeuvre. Elle [une abbesse] mérita une flatteuse épitaphe, à laquelle la pointe finale et un peu macaronique ne manque pas: Finis coronat opus. La fin couronne l'oeuvre (Sainte-Beuve, Port-Royal,t.1, 1840, page 51).
Proverbe. À l'oeuvre on connaît l'ouvrier, l'artisan. C'est à la qualité d'un ouvrage que l'on peut juger de la valeur de celui qui l'a fait. (Dict. xixeet xxes.).
À chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses oeuvres. Formule des saint-simoniens. (Ds Rob.).
3. En particulier Composition, ouvrage didactique, artistique ou littéraire. Repensant à la monotonie des oeuvres de Vinteuil, j'expliquais à Albertine que les grands littérateurs n'ont jamais fait qu'une seule oeuvre, ou plutôt réfracté à travers des milieux divers une même beauté qu'ils apportent au monde (Proust, Prisonn.,1922, page 375).Seules, la magnificence, la pureté du verbe donnent à l'oeuvre pleine présence et assurent sa permanence. C'est la force du verbe qui fait pour une part la force de l'interprète. Le souffle du poète anime, au delà du personnage, l'acteur qui l'assume (Serrière, T.N.P.,1959, page 161).Raymond Saleilles (1855-1912) est avant tout un juriste. Son oeuvre maîtresse, en matière criminelle, est l'individualisation de la peine (Traité sociol.,1968, page 211).Voir aussi éclectique exemple 2.
7. ... dans un livre, tout reste plus mêlé, confondu, et le «sujet» importe bien davantage [que dans la peinture]. Pourtant, l'interprétation du sujet, la ressemblance de la chose représentée, sa ressemblance profonde, et la marque personnelle de l'écrivain qui expose et s'expose, son style, tout cela entre en jeu, fait la valeur de l'oeuvre et la retient de tomber bientôt dans l'oubli. Gide, Journal,1943, page 223.
SYNTAGMES Une grande oeuvre, une oeuvre mineure; les oeuvres complètes, choisies, posthumes de quelqu'un; oeuvre magistrale; oeuvre de génie; oeuvre d'imagination; oeuvres littéraires, poétiques, dramatiques, romanesques; oeuvres historiques, scientifiques; oeuvres musicales, orchestrales, lyriques, picturales; oeuvres cinématographiques, radiodiffusées; créer, exécuter, monter, produire une oeuvre.
Sing. à valeur de coll. Ensemble des compositions (d'un écrivain, d'un artiste, d'un savant, d'une école, parfois dans un genre ou un laps de temps donné). L'oeuvre orchestrale d'un musicien. J'étais transporté d'enthousiasme en entendant définir l'oeuvre romantique. −C'est, disait Marc Ribert, l'oeuvre de révolte et de douleur (A. France, Vie fleur,1922, page 377).Dans les préfaces à Ruskin, et dans maints autres passages de son oeuvre, Proust a merveilleusement marqué que la solitude est le lieu de la vie véritable (Du Bos, Journal,1927, page 362).L'esprit géométrique a le pas dans son oeuvre sur l'esprit de finesse. Mais, géomètre, Bourdelle reste un artiste épique (Arts et litt.,1936, page 18-2).
OEuvre d'art. OEuvre où la mise en forme des matériaux, l'utilisation de la technique tendent à communiquer la vision personnelle de l'artiste en suscitant une émotion esthétique. L'oeuvre d'art n'est qu'un ensemble de moyens et nous arrivons pour l'art à la définition que je donnais du style: l'art est la volonté de s'extérioriser par des moyens choisis (Jacob, Cornet dés,1923, page 15).Toute oeuvre d'art, comme aussi toute intelligence, est et ne peut être autre chose qu'un système du monde en raccourci. Tant vaut sinon ce système du monde, du moins sa cohérence et la profondeur de ses rapports avec l'homme de toujours, tant vaut cette oeuvre (Faure, Espr. formes,1927, page 137):
8. ... je n'attribue pas à la seule musique le privilège de ce «miracle». Aucune véritable oeuvre d'art ne saurait en être privée. Qu'elle soit peinture, sculpture, architecture, ou oeuvre de mots, elle n'est rien si elle n'éveille ces résonances profondes de l'esprit, qui l'illuminent et qui l'emportent libéré de la gaîne du «siècle». Rolland, Beethoven,t.1, 1937, page 20.
Chef-d'oeuvre. Voir ce mot B.
C. − Au pluriel, Marine
OEuvres mortes. Partie non immergée de la coque d'un navire, celle qui est située au-dessus de la ligne de flottaison. Synonyme accastillage.Voir ce mot exemple 3 et 6.
OEuvres vives. Partie immergée de la coque, celle qui est située au-dessous de la ligne de flottaison. Synonyme carène.La torpille est un engin destiné à attaquer un navire dans ses oeuvres vives (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1890, page 549).La faible lumière du poste de commandement émerge encore, après que les oeuvres vives ont disparu (Psichari, Voy. centur.,1914, page 43).
Au figuré, Partie vitale, éléments essentiels de quelque chose. Pour élever une aspiration, même faible, vers l'intérêt de la patrie, l'État républicain, même provoqué d'Allemagne, a eu besoin de se sentir pressé à l'intérieur, et dans les oeuvres vives de la coterie qui le mène (Maurras, Kiel et Tanger,1914, page l).
II. − Au masculin
A. − [Correspond à certains sens de I]
1. Vieux. Tâche, entreprise, action. La fortune, écartant l'homme de vertu auquel était réservé un oeuvre plus saint, me choisit pour me charger de la puissante aventure qui, sous la Restauration, aurait pu renouveler la face du monde (Chateaubr., Mém.,t.3, 1848, page 249).
2. Résultat d'une activité, d'une action (v. supra I B 2).
a) Sing. à valeur coll.
Vieux. Ensemble de réalisations, de créations (dans un domaine quelconque). Crois-tu ta mission dignement accomplie, Et comme l'Éternel, à la création, Trouves-tu que c'est bien, et que ton oeuvre est bon? (Musset, Rolla,1833, page 19).Si tout connaître anéantit du même coup l'objet et le sujet de la connaissance, tout sentir achève dans la pratique ce merveilleux oeuvre de la science (Blondel, Action,1893, page 7).
Ensemble des oeuvres (d'un peintre, d'un graveur, d'un musicien). [Les 3 dernières symphonies de Mozart] souvent jouées (...) c'est à peu près tout ce qu'un amateur a le droit d'entendre au concert d'un oeuvre d'orchestre innombrable (Ghéon, Prom. Mozart,1932, page 328).Plusieurs [peintres-graveurs] ont un oeuvre gravé fort peu nombreux: on ne connaît qu'une seule eau-forte d'Ingres, une seule de Barye et de Géricault; on en connaît quatre de Théodore Rousseau (Dacier1944, page 113):
9. Tout, dans son oeuvre [de Delacroix] n'est que désolation, massacres, incendies...; tout cet oeuvre, dis-je, ressemble à un hymne terrible composé en l'honneur de la fatalité et de l'irrémédiable douleur. Baudel., Curios. esthét.,1863, page 313.
Rare, littéraire Ensemble des oeuvres (d'un écrivain ou d'un groupe d'écrivains à l'intérieur d'une école, d'une période). Tout l'oeuvre de Gide, qui est comme la dégustation éphémère de ces fruits délicieux, qui laissent au palais un souvenir écoeurant (Rivière, Correspondant[avec Alain-Fournier], 1907, page 72).Taine va tenir pour suspect de verbalisme l'oeuvre entier du XVIIIesiècle −et les récits en particulier de Jean-Jacques Rousseau (Paulhan, Fleurs Tarbes,1941, page 61).
b) Vieux. Composition artistique, ouvrage. C'est [Athalie] l'oeuvre le plus parfait du génie inspiré par la religion (Chateaubr., Génie,t.1, 1803, page 354).
MUS. [Accompagné d'un nom de nombre] Synonyme de opus.Le premier, le second oeuvre de ce musicien (Académie française 1798-1878). L'oeuvre 21 de Beethoven. L'oeuvre 9 de Haydn (Littré).
B. − ARCHIT. [Désignant dans certaines locution, le bâtiment, l'édifice]
Gros oeuvre. Ensemble des travaux comprenant les fondations, les murs et la toiture. Les fûts élancés à grand diamètre, piliers sur lesquels s'étagent les galeries forestières, fournirent aux constructions les matériaux de gros oeuvre, les pièces de charpente (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, page 121).[Dans un cont. métaphorique] Le plus artiste ne sera pas de s'atteler à quelque gros oeuvre, comme la fabrication d'un roman (Renard, Journal,1887, page 5).
Petit oeuvre, second oeuvre. Travaux de finition, d'intérieur. (Ds Jossier 1881).
À pied d'oeuvre. À proximité du lieu où sont entrepris les travaux de construction. Le récit d'Hérodote surtout est classique, qui raconte l'établissement de la chaussée dallée par où l'on apporta à pied d'oeuvre les matériaux de la grande pyramide (P.Rousseau, Histoire transp.,1961, page 25).Par analogie ou au figuré Sur les lieux où l'on doit agir, sur place. Ce bataillon devait contre-attaquer sans retard, mais il arrive à pied d'oeuvre très éprouvé par les tirs de barrage subis en cours de route (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, page 224).Au commencement. Eh bien, Schleiter se trompe. Trente-trois ans! Rien n'est fini, puisque me voilà forcé de tout reprendre à pied d'oeuvre (Duhamel, Combat ombres,1939, page 276).
Dans, en oeuvre. Dans le corps du bâtiment. Hors d'oeuvre, hors oeuvre. Hors du corps du bâtiment. Un escalier qui fait saillie à l'extérieur des murs est dit hors d'oeuvre; lorsque sa cage est à l'intérieur des murs d'une maison, on dit: dans oeuvre (Vogüé-Neufville1971).(Mesure) dans oeuvre. Qui ne comprend pas l'épaisseur des murs. (Mesure) hors d'oeuvre. Qui comprend l'épaisseur des murs. La largeur d'une nef dans oeuvre se mesure par ses dimensions intérieures prises d'un mur à l'autre (Vogüé-Neufville1971).Hors(-)d'oeuvre*.
(Travailler, reprendre, etc.) sous-oeuvre, en sous-oeuvre. En réparant les fondations, sans démolir les parties supérieures mais en les étayant. Vous êtes appelé, vous architecte, dans cette résidence parfaite, pour consolider des planchers, chaîner des murs qui craquent, (...) reprendre en sous-oeuvre des fondations (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, page 35).Au figuré, À la base. Après un long intervalle de nouvelles méditations m'avaient porté à reprendre sous oeuvre tout ce grand travail (Maine de Biran, Journal,1823, page 403).Mon goût du net, du pur, du complet, du suffisant, conduit à un système de substitutions −qui reprend comme en sous-oeuvre, le langage (Valéry, Tel quel II,1943, page 226).
Droit Nouvel oeuvre. Construction nouvelle qui modifie une propriété. (Ds Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).
Dénonciation de nouvel oeuvre. «Assignation à une personne qui construit sur votre terrain, ou à un voisin qui élève sur son terrain une construction au mépris d'une servitude qui vous appartient» (Littré). C'est par la dénonciation de nouvel oeuvre que le possesseur d'une servitude de passage s'opposera à ce que le propriétaire du fonds servant élève une construction qui, achevée, rendra l'usage de la servitude impossible (Quillet1965).
C. − ALChimie Grand oeuvre, oeuvre alchimique. Pierre philosophale, objet de la recherche des alchimistes. Gilles de Retz, fort savant pour son temps, chercha le grand oeuvre. La transmutation des métaux ne s'opérant pas, il eut recours à la magie (Stendhal, Mém. touriste,t.1, 1838, page 472):
10. −Hé! (...) dit Eustache (...) vous qui faites de l'or à volonté, comme l'écrivain Flamel? −Point, point! fit l'autre (...) J'y viendrai sans doute à ce grand oeuvre hermétique (...) mais je n'ai encore réussi qu'à transmuer l'or fin en un fer très bon et très pur... Nerval, Nouv. et fantais.,1855, page 228.
Au figuré, Entreprise d'une importance capitale, création d'une valeur exceptionnelle. On allait enfin travailler au grand oeuvre de la constitution (Marat, Pamphlets,On nous endort, 1790, page 222).Tous les fragments de Novalis étaient destinés, nous dit formellement Tieck à un grand oeuvre qui devait s'appeler Le Livre (précisément) ou L'Encyclopédistique (Du Bos, Journal,1923, page 361):
11. Pour L.-C. de Saint-Martin, (...) l'esprit de l'homme est le seul et véritable temple. L'homme est le prêtre de Dieu, chargé de porter dans l'univers les décrets de sa providence. Le grand oeuvre consiste à créer −ou plutôt à trouver −au centre de soi-même, lentement, patiemment, la figure du moi céleste dont le Christ nous offre le symbole. Naudon, Fr.-maçonn.,1963, page 112.
Prononciation et Orthographe: [oe:vʀ ̥]. Att. dans Académie française dep. 1694. Étymologie et Histoire A. Substantif féminin 1. 1remoitié xiies. ovre «objet créé par l'activité, le travail de quelqu'un» (Canticum Habaccuc, 2 dans Psautier Oxford, Éditions Fr. Michel, page 239); ca 1360 etre oevre de diable «être dû à l'action du diable» (Froissart, Chron., Éditions G. Raynaud, IX, page 159); 2. ca 1145 uevre «action, fait de faire quelque chose» (Wace, Conception N.D., Éditions W. R. Ashford, 986); a) début xiiies. mettre a uevre «mettre en application, en pratique» (Maurice de Sully, Homélies, iii, 102, Éditions C. A. Robson, page 86); 1409 mettre en oeuvre qqc. «employer pour une réalisation pratique» (Trésor des Chartes du Comté de Rethel, 623, 18 dans Runk., page 44); 1832 mode de mise en oeuvre (Musset dans Revue des Deux Mondes, page 611); b) ca 1360 mettre main a oevre (Froissart, op. cit., V, 36); 1559 mettre la main à l'oeuvre (Amyot, Préf., IX, 35 dans Littré); 1611 bois d'oeuvre (Cotgr., s.v. bois); 3. 1160-74 «production artistique ou littéraire» (Wace, Rou, Éditions A. J. Holden, II, 3: mes por l'euvre esploitier les vers abrigeron); 1776 oeuvres complètes (Voltaire, Lettres à son imprimeur, avril, page 166); 1831 oeuvre d'art (Balzac, Peau chagr., page 140); 4. 1174-77 euvre «union charnelle de l'homme et de la femme» (Renart, Éditions M. Roques, 6072); 1493 euure de char ne desireras (Compost et Kalendrier des Bergiers, Éditions Guy Marchant, fol. VI, vo); 1567 [Éditions] pluriel enceinte des oeuvres d'un tel (Amyot, Thésée, 4 dans Littré); 5. ca 1208 «tâche, action propre à quelqu'un ou à quelque chose» (Villehardouin, Conquête Constantinople, Éditions E. Faral, 114); 1862 faire oeuvre de servante (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t.2, page 440); 6. 1225-30 «action considérée dans sa valeur morale ou religieuse» bones ovres feire (Guillaume de Lorris, Rose, Éditions F. Lecoy, 426); en particulier a) 1457-67 pluriel théol. «actions méritoires pour le salut» (Cent nouv. nouvelles, Éditions Fr. page Sweetser, XXXIX, 107, var. de l'Éditions consultée par Littré); b) 1821 «organisation religieuse de jeunesse, d'enseignement, de charité, etc.» le plus souvent au pluriel (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.2, page 343: la société biblique est une oeuvre protestante); 7. fin xiiies. «travail artistique d'une oeuvre d'orfèvrerie» rice oevre (Philippe Mousket, Chron. rimée, Éditions de Reiffenberg, 2576); 1653 mettre une pierre pretieuse en oeuvre (Vaug[elas], Quin., livre 3 dans Rich. 1680); 8. 1379-80 euvre «fabrique d'une église» (Compt. de la fabriq., Arch. Aube, G 1559, fo41 rods Gdf.); 1611 «banc des marguilliers dans l'église» (Cotgr.); 9. 1611 maistre des hautes oeuvres (ibid.); 10. 1567 mar. oeuvres mortes (Amyot, Lucul., 8 dans Littré); 1643 id. oeuvres vives (Fournier Hydrographie). B. Substantif masculin 1. 1529 «ensemble de la production d'un artiste, d'un écrivain» petitz oeuvres latins (Tory, Champ fleury, I, 1ds Hug.); confer 1647 (Vaug., page 34); 2. 1542 [Éditions] «ensemble des travaux exécutés dans un même but» (Rabelais, Pantagruel, Éditions Voir L.Saulnier, V, 67, var. édit. «définitive»); 3. a) 1490 «intérieur d'une maison» d'où par dehors euvre «détaché des murs d'une maison» (A.N.K272 dans Gdf. Compl., s.v. uevre); 1597 hors d'oeuvre, voir ce mot; b)1572 dans oeuvre (Bref et sommaire recueil de l'entrée de Charles IX à Paris dans Havard 1889, col. 1022); c) 1798 à pied d'oeuvre (Académie française); 1922 fig. «au commencement» (Proust, Fugit., page 659: tout était retombé à pied d'oeuvre, puisqu'il avait épousé une cocotte); 1931 id. reprendre la tâche à pied d'oeuvre (Weill, Judaïsme, page 65); 4. 1626 [Éditions] le grand OEuvre alchim. (D'Aubigné, Histoire univ., II, 1176 dans OEuvres complément, Éditions Réaume et de Caussade, t.VI, page 360). Du latin opera, à l'orig. pluriel de opus, operis «ouvrage, acte, travail», utilisé dep. Plaute comme féminin singulier au sens de «travail, activité», et qui subsiste dans presque toutes les langues rom. confer FEW t.7, page 363b). Fréquence absolue littéraire: 19033. Fréquence relative littéraire: xixes.: a) 17227, b) 22958; xxes.: a)33198, b)33987. Bibliographie. Archit. 1972, page 21.

D'autres mots du dictionnaire :

fripe, frippe | multimillionnaire

quelques définitions tirées au hasard dans le dictionnaire : 

·le trésor de la langue française, un dictionnaire français·