MARABOUT, substantif masculin

MARABOUTsubstantif masculin
I.
A. −
1. Histoire Moine-soldat musulman servant dans un couvent fortifié de l'ancien empire arabe. (Dict. xixe et xxème siècle).
2. Pieux musulman vénéré comme un saint de son vivant ou après sa mort. Tedjini n'est plus un saint homme, c'est un saint, et sa maison devient une chapelle. Selon la coutume des marabouts, il a achevé sa vie à côté de son tombeau (Fromentin, Été Sahara, 1857, page 268):
. Si certains marabouts sont de simples illuminés, voire des simples d'esprit (...) ou des mendiants gyrovagues déguenillés, d'autres ont exercé une grande influence. Leurs missionnaires ont propagé l'islam en le mettant à la portée des masses, surtout en Afrique noire. Encyclop. univ.t. 101971, page 472.
Par analogie Sorcier, prêtre d'une religion fétichiste. Cette étrange procession [des révoltés de Saint-Domingue en 1791] était de temps à autre coupée par des détachements hétérogènes (...) de marabouts (Hugo, Bug-Jargal, 1826, page 178).
P. iron. Il [Léon Schleiter] est beaucoup plus à gauche que son patron, beaucoup plus à gauche que Jaurès et Guesde, ses marabouts (Duhamel, Maîtres, 1937, page 99).
B. − P. méton.
1. Tombeau à coupole d'un marabout. On montre encore (...) un marabout qui est le tombeau de Bellal. Chaque bon musulman doit en passant y déposer une pierre et réciter une profession de foi (Du Camp, Nil, 1854, page 172).Sur la hauteur quelque marabout, peint à la chaux, éblouissant, pareil à un gros décoiffé d'une moitié d'orange (A. Daudet, Trente ans Paris, 1888, page 180).
2. Par analogie
a) Bouilloire ventrue à couvercle articulé en forme de coupole. La batterie de cuisine (...) consistait en une cuisinière, un chaudron, un gril, une casserole, deux ou trois marabouts et une poêle à frire (Balzac, Cous. Pons, 1847, page 312).
b) Argot milit., vieilli. Tente de forme ronde, dans l'armée d'Orient. (Ds Dauzat, Argot guerre, 1918, page 269 et Esn. 1966).
II. − Échassier de grande taille, vivant en Afrique et en Inde, charognard, à la stature presque verticale, à la tête et au cou déplumés, ayant un bec très fort et une poche à la base du cou. Synonyme cigogne à sac.Deux marabouts hantaient son toit, claquant du bec au soleil, allongeant gravement leur cou chauve au-dessus de la rue droite et déserte (Loti, Spahi, 1881, page 7).
Par métonymie Plume de marabout utilisée comme parure. Être coiffé de marabouts; aigrette de marabouts. Un chapeau de femme en gaze verte ombragé de marabouts exubérants (Adam, Enf. Aust., 1902, page 473).
III. − Textile Organsin très fin ayant reçu une forte tension. Le marabout est obtenu par deux moulinages successifs de 3 fils de soie grège très blanche (Wurtz, Dict. chim., 2e Suppl., t. 1, 1892, page 778).
Par métonymie Étoffe formée de cette manière. À la Grande Maison de Blanc les liseuses sont en crêpe satin ouatiné (...). Il y en a même en marabout rose, bleu ou blanc, doublées de crêpe de Chine! (Le Monde, 17 janv. 1952, page 9, col. 2).
Remarque
Maraboutagesubstantif masculinApprêt consistant en une forte torsion des soies dans la fabrication des crêpes. (Dict. xixe et xxème siècle).
Prononciation et Orthographe:
[maʀabu]. Att. dans Académie française dep. 1762. Étymologie et Histoire A. 1. 1560 moabite «dévôt musulman» (G. Postel, De la Republique des Turcs, I, page 57 dans Z. rom. Philol. t. 60, page 379: un Moabite ou Hermitte à leur mode [en Algérie]); 1575 morabuth (Thévet, Cosmographie universelle, t. 1, l. 1, chap. 5, fo 10b); 1617 marabou (J. Mocquet, Voyages en Afrique, Asie..., page 202 dans Fr. mod. t. 9, page 138); 1628 marabout (De Brèves, Relation des voyages..., page 99-100 ibid., t. 17, page 137); 2. 1743 «bouilloire» (Trév.); 3. a) 1840 «tombeau d'un marabout» (Académie française Compl. 1842); b) 1846 «tente» (Argot des soldats d'Afrique dans Esn.). B. 1. a) 1820 ornith. «genre d'échassiers» (Lav.); b) 1823 «plume de cet oiseau» (H. de Saint-Aubin, La Dernière fée ou La Nouv. lampe merveilleuse, ch. II, t. I, 30 dans Quem. DDL t. 16); 2. a) 1845-46 «ruban de gaze» (Besch. Suppl.); b) 1873 «organsin très fin; étoffe formée de cette matière» (Lar. 19e ). Emprunté au port. maraboto (1552 dans Mach.), marabuto (1588, ibid.), et celui-ci à l'ar. murābiṭ (merābuṭ dans la prononc. vulg., à cause du ṭt emphatique, voir FEW t. 19, page 131b et Devic; confer chott), à l'orig. «homme vivant dans un ribāṭ , sorte de couvent fortifié établi aux frontières de l'empire pour la défense de celui-ci contre les infidèles»; plus tard, le caractère religions du ribāṭ s'accentua, et murābiṭ vint à désigner un homme pieux, un ermite, un saint, et page ext., s'appliqua au tombeau d'un marabout, puis à tout objet ou animal considéré comme sacré (v. Encyclop. univ. t. 10, pp. 470-472). Au sens A 2, soit en raison de la ressemblance de cette bouilloire avec la silhouette du pieux musulman blotti en prières, les jambes croisées (FEW t. 19, page 132a, note 1), soit plutôt page anal. de forme avec le tombeau à coupole d'un marabout. Au sens B 1 a, nom donné à cet oiseau au début du xixème siècle par le naturaliste hollandais Temminck (v. NED, s.v. marabou1 ), prob. d'après le qualificatif mrabt (forme dial. de murābiṭ ) «saint», donné à la cigogne dans des pays arabes (cf. Dozy t. 1, page 502b, citant Pagni, voyageur ital. du xviième siècle). Fréquence absolue littéraire: 134.
DÉRIVÉS
1.
Maraboutiqueadjectif[Correspond à supra I] a) Relatif à un marabout. Sidi-Mohammed (...) appartient à une famille maraboutique originaire du Maroc et descendante du prophète (Barrès, Scènes et doctr., t. 2, 1902, page 73).b) Caractéristique du maraboutisme (infra dérivé 2). Culte maraboutique. L'Islam (...) s'est transformé suivant les milieux où il s'enracinait: maraboutique en Berbérie, chiite en Perse (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, page 208). [maʀabutik]. 1re apparition attestée 1877 (Gazette des Tribunaux, 5-6 mars, page 224, 4e col. dans Littré Suppl.); de marabout, suffixe -ique*.
2.
Maraboutismesubstantif masculin[Correspond à supra I] Courant de l'islam maghrébin et africain caractérisé par le culte des marabouts. Le culte des saints (...) qui caractérise le maraboutisme va d'une conception très spirituelle des rapports de l'homme avec Dieu jusqu'à la thaumaturgie la plus grossière (Encyclop. univ.t. 101971, page 470).[maʀabutism̭]. 1re apparition attestée 1963 (Lar. encyclop.); de marabout, suffixe -isme*.
Bibliographie
Boulan 1934, page 37, 59. _ Quem. DDL t. 16.
Maraboutagesubstantif masculinApprêt consistant en une forte torsion des soies dans la fabrication des crêpes. (Dict. xixe et xxème siècle).
Maraboutiqueadjectif[Correspond à supra I] a) Relatif à un marabout. Sidi-Mohammed (...) appartient à une famille maraboutique originaire du Maroc et descendante du prophète (Barrès, Scènes et doctr., t. 2, 1902, page 73).b) Caractéristique du maraboutisme (infra dérivé 2). Culte maraboutique. L'Islam (...) s'est transformé suivant les milieux où il s'enracinait: maraboutique en Berbérie, chiite en Perse (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, page 208). [maʀabutik]. 1re apparition attestée 1877 (Gazette des Tribunaux, 5-6 mars, page 224, 4e col. dans Littré Suppl.); de marabout, suffixe -ique*.
Maraboutismesubstantif masculin[Correspond à supra I] Courant de l'islam maghrébin et africain caractérisé par le culte des marabouts. Le culte des saints (...) qui caractérise le maraboutisme va d'une conception très spirituelle des rapports de l'homme avec Dieu jusqu'à la thaumaturgie la plus grossière (Encyclop. univ.t. 101971, page 470).[maʀabutism̭]. 1re apparition attestée 1963 (Lar. encyclop.); de marabout, suffixe -isme*.

D'autres mots du dictionnaire :

godronner | litée

Quelques suggestions tirées au hasard dans la base de mot : 

le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée