GOUVERNEUR, subst. masc.

GOUVERNEURsubstantif masculin
A. − Celui qui gouverne.
1. Celui qui a le gouvernement civil et militaire; celui qui est chargé de gouverner une province, un État, une colonie.
a) HISTOIRE
ANTIQ. Leurs magistrats [des villes conquises par Rome] rendaient leurs comptes au gouverneur de la province, qui recevait aussi les appels de leurs juges (Fustel de Coul., Cité antique,1864, page 495).Nous sommes dans l'endroit où les gouverneurs romains avaient leur résidence (Bourget, Actes suivent,1926, page 96) :
1. ... il [Cyrus] fit installer des relais à intervalles réguliers le long des routes principales de son empire (...). Sur ces routes, les ordres du roi aux gouverneurs de provinces étaient transmis, dit Hérodote, « avec la vitesse d'un oiseau qui vole ». P. Rousseau, Histoire transp.,1961, page 26.
MOY. ÂGE et TEMPS MOD. Alexandre [Ier, empereur de Russie] (...) borna le pouvoir des gouverneurs de province (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, page 150).Nommé gouverneur de Languedoc en 1660, il [le prince de Conti] s'appliqua à réformer son gouvernement, à y introduire le bon ordre (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, page 430) :
2. De même que l'administration centrale n'a, à vrai dire, qu'un seul agent à Paris, elle n'a qu'un seul agent dans chaque province. On trouve encore, au xviiiesiècle, de grands seigneurs qui portent le nom de gouverneurs [it. dans le texte] de province. Ce sont les anciens représentants, souvent héréditaires, de la royauté féodale. On leur accorde encore des honneurs, mais ils n'ont plus aucun pouvoir. L'intendant possède toute la réalité du gouvernement. Tocqueville, Anc. Rég. et Révol.,1856, page 101.
b) [Dans un État fédéral, au nom du pouvoir central] Pourquoi ce meeting? (...) S'agissait-il de la nomination d'un haut fonctionnaire militaire ou civil, d'un gouverneur d'État ou d'un membre du Congrès? (Verne, Tour monde,1873, page 144).Roosevelt, alors gouverneur de l'État de New-York (Fargue, Piéton Paris,1939, page 216).
c) [Dans une colonie, au nom de la métropole] Son mari avait été nommé gouverneur d'une province anglaise plus grande que l'Europe (About, Grèce,1854, page 96) :
3. Les gouverneurs envoyés par la métropole, ne regardant pas le pays qu'ils administrent comme celui où ils doivent passer leur vie entière, goûter le repos et jouir de la considération publique, n'ont aucun intérêt à y faire germer le bonheur et la vraie richesse. Ils savent qu'ils seront considérés dans la métropole en proportion de la fortune qu'ils y rapporteront, et non en raison de la conduite qu'ils auront tenue dans la colonie. Say, Écon. pol.,1832, page 236.
Gouverneur général. Gouverneur d'une grande colonie ou d'un groupe de colonies. Éboué, nommé gouverneur général de l'Afrique équatoriale française, s'installait à Brazzaville (De Gaulle, Mém. guerre,1954, page 119) :
4. En 1899, le gouvernement de Sa Majesté Britannique et celui du Khédive d'Égypte conclurent une convention aux termes de laquelle le Soudan serait administré par un commandant suprême, militaire et civil, dénommé « gouverneur général du Soudan »... Humanité,19 janv. 1952, page 3, col. 1-2.
2. Celui qui a le gouvernement militaire.
a) Histoire Celui qui commandait une place forte, un château, une citadelle, une forteresse. Des Anglais étaient nommés gouverneurs de toutes les villes (Barante, Histoire ducs Bourg., t. 4, 1821-24, page 383).On m'a (...) conduit à la Bastille (...). Je fis prier le gouverneur de descendre (Dumas père, Demois. de St-Cyr,1843, II, 3, page 123) :
5. ... au moment où M. de Guibert fut nommé gouverneur des Invalides, il se trouva aux Invalides six cents prétendus soldats qui n'étaient point blessés... Chamfort, Max. et pens.,1794, page 78.
b) Histoire CONTEMP. Le prince de Hesse-Hombourg, gouverneur de la citadelle (Michelet, Journal,1842, page 463) :
6. ... lorsqu'on eut enfin atteint la porte de Torcy [à Sedan], il fallut parlementer, supplier et se fâcher, presque faire le siège de la place, pour obtenir du gouverneur qu'il baissât le pont-levis. Zola, Débâcle,1892, page 176.
En particulier [En France] Gouverneur (militaire). «Le général commandant la région dont le siège est à Lyon, et celui commandant la région dont le siège est à Metz portent respectivement le titre de « gouverneur militaire de Lyon » et « gouverneur militaire de Metz » (...). Un membre du conseil supérieur de la guerre est, en outre, désigné comme « gouverneur militaire de Strasbourg ». Ses attributions sont définies par décret» (J.O., Loi sur organ. généralement armée, 1927, art. 47, page 7269). Le général Kœnig qui prend les fonctions de gouverneur militaire (De Gaulle, Mém. guerre,1956, page 310).
B. − Haut fonctionnaire nommé par l'État à la tête de certaines institutions financières importantes. M. Prévinaire, gouverneur de la Banque Nationale belge (Hugo, Correspondant,1872, page 340).À la Banque de France, le gouverneur, deux sous-gouverneurs et 6 membres du Conseil de Régence sur 15 étaient nommés par le Gouvernement (Lesourd, Gérard, Histoire écon.,1968, page 56) :
7. Le groupe central de planification urbaine (GCPU) composé sous la présidence du gouverneur du Crédit foncier de France... Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, page 131.
C. − Celui qui est chargé de l'éducation d'un prince ou de certains jeunes garçons de grande famille. [M.] Soret, le spirituel député de Genève, qui a été gouverneur du duc de Saxe-Weimar (Michelet, Journal,1838, page 257).Le prince emmené par son gouverneur, m'invita à sa leçon d'histoire fixée au lundi suivant (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, page 237).
Au figuré, Pour achever cet admirable portrait qui nous est laissé d'un gouverneur des âmes (...) c'est par M. Singlin que Pascal entra d'abord et définitivement dans l'esprit de Port-Royal (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, page 476).
Remarque 1. Le féminin de gouverneur, en ce sens C, est gouvernante (v. ce mot C 2). 2. Emploi adjectif Qui gouverne, qui mène. Les esprits gouverneurs du monde furent jaloux d'elle (Flaub., Tentation, 1874, page 91).
Remarque 1.
Gouvernateur, substantif masculinsynonyme rare. de gouverneur.Et ces maîtres de l'homme et ces gouvernateurs Gouvernaient cet enfant que nous n'avons pas su (Péguy, Ève,1913, page 827).
2.
Gouvernorat, substantif masculinrégion. (Canada). Synonyme de gouvernat (infra dérivé). (Ds Bél. 1957).
Prononciation et Orthographe : [guvε ʀnœ:ʀ]. Ds Académie française 1694-1932. Étymologie et Histoire 1. 1130-40 gouverneres « celui qui a la charge de quelqu'un » (Wace, Ste Marguerite, Éditions E. A. Francis, 357); spéc. fin xves. gouverneur « celui qui a la charge de l'éducation d'un enfant » (G. Chastellain, Chron., Éditions Kervyn de Lettenhove, t. 3, page 68, 25); 2. a) ca 1165 governere « commandant, chef militaire » (B. de Ste-Maure, Troie, Éditions L. Constans, 7865); fin xiies. guvernere « celui qui a la charge d'un pays » (Brut de Munich, 3787 dans T.-L.); fin xiiies. gouvreneur (Roisin, Coutumes Lille, Éditions R. Monier, § 177, page 114); 1645 gouverneur « représentant de l'autorité métropolitaine dans une colonie » (A.N. Colonies, F2A/13 dans L. Merle, Constant d'Aubigné, Beauchesne, 1971, page 116); b) 1174-76 guverneür « celui qui a la charge d'une administration (ici l'Église) » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, Éditions E. Walberg, 4834); 1492 gouverneur des finances (N. Gilles, Ann., t. II, fo25 rods Gdf.). Du latin gubernator « celui qui tient le gouvernail » et au figuré « celui qui dirige (un État) », formé sur le supin gubernatum de gubernare, gouverner*; gr. dor. κ υ ϐ ε ρ ν α τ η ́ ρ (gr. attesté -η τ η ́ ρ), id. Fréquence absolue littéraire : 1 942. Fréquence relative littéraire : xixes. : a) 5 382, b) 1 794; xxes. : a) 1 060, b) 2 067.
DÉRIVÉS
Gouvernat, substantif masculinFonction, charge de gouverneur. Je suis ravi d'avoir envoyé le tout au diable et jeté mon gouvernat par une aussi large fenêtre (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, page 315).[guvε ʀna]. 1reapparition attestée 1848 id.; du radical de gouverneur, suffixe -at*.
Bibliographie Rabotin (M.). Le Vocab. pol. et socio-ethnique à Montréal de 1829 à 1842. Montréal-Paris-Bruxelles, 1975, pp. 48-49.
Gouvernateur, substantif masculinsynonyme rare. de gouverneur.Et ces maîtres de l'homme et ces gouvernateurs Gouvernaient cet enfant que nous n'avons pas su (Péguy, Ève,1913, page 827).
Gouvernorat, substantif masculinrégion. (Canada). Synonyme de gouvernat (infra dérivé). (Ds Bél. 1957).
Gouvernat, substantif masculinFonction, charge de gouverneur. Je suis ravi d'avoir envoyé le tout au diable et jeté mon gouvernat par une aussi large fenêtre (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, page 315).[guvε ʀna]. 1reapparition attestée 1848 id.; du radical de gouverneur, suffixe -at*.

D'autres mots du dictionnaire :

marcaire, marquaire | muge

quelques définitions tirées au hasard dans le dictionnaire : 

·le trésor de la langue française, un dictionnaire français·