GOUVERNAIL, substantif masculin

GOUVERNAILsubstantif masculin
A. − Appareil placé à l'arrière et dans le plan longitudinal d'un navire qu'il sert à gouverner, à amener à la direction voulue et à maintenir dans cette direction. Barre, roue du gouvernail. Gouvernail à roue (Du Camp, Nil,1854, page 284).Se chargeant lui-même d'une étrave et d'un gouvernail avec la mèche et la barre (A. France, Île Ping.,1908, page 30).Voir aussi arcasse, exemple :
1. ... il était possible que la lame nous fît franchir le banc et nous portât dans une eau profonde : mais qui oserait saisir le gouvernail et se charger du salut commun? Un faux coup de barre, nous étions perdus (...). Il me semble encore le voir (...) tenant le timon dans ses fortes serres... Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, page 358.
Tenir le gouvernail. Tenir la barre, le timon ou la roue, qui servent à transmettre au gouvernail la manœuvre à effectuer. Thomas, debout à l'arrière, tenait le gouvernail et virait à bâbord ou à tribord selon les méandres du Goyen (Queffélec, Recteur,1944, page 51).
B. − Par extension Appareil servant à diriger un aéronef. Le ballon! Le ballon! Je tiens le gouvernail du ballon. Il monte (...) Je conduis mon ballon où ce sera si beau! (A. France, Étui nacre, Manuscrit, 1892, page 173).
Gouvernail de direction, de profondeur. Appareils servant à assurer la stabilité d'un avion (confer gouverne A page ext.). Le gouvernail de direction [de l'avion] est actionné au pied (...) par un levier (...) appelé « palonnier » (Guillemin, Constr., calcul et essais avions,1929, page 146) :
2. ... ils jugèrent préférable de remplacer la queue stabilisatrice par un gouvernail de profondeur placé à l'avant, de façon qu'ils l'eussent sous les yeux. Puis ils fixèrent un gouvernail de direction à l'arrière... P. Rousseau, Histoire techn. et invent.,1967, page 359.
C. − Par analogie Queue d'un moulin à vent, ou partie d'une éolienne, servant à orienter le moulin (ou la turbine) de façon à présenter les ailes au vent. (Ds Littré, Lar. 19e -Lar. Lang. fr.).
D. − Au figuré, Ce qui sert à diriger; organe de direction essentiel (d'une entreprise, d'un pays). Être au gouvernail. Je dois pour toi-même prendre le gouvernail de notre vie à tous deux (Constant, Journaux,1804, page 77) :
3. Je connais le travail de la Fabrique, le travail de tous les jours, sans un répit, penché sur les infimes détails d'une grande affaire, la main au gouvernail, guettant les écueils, l'imagination toujours fraîche, l'attention inflexible. Chardonne, Dest. sent., II, 1934, page 224.
Tenir le gouvernail. Synonyme de diriger.M. Pitt rendit, à cette époque, de grands services à l'Angleterre, en tenant d'une main ferme le gouvernail des affaires (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, page 419).Petits enfants, chantez les louanges du bon pilote qui tient le gouvernail de l'histoire universelle (Butor, Passage Milan,1954, page 162).
Prononciation et Orthographe :
[guvε ʀnaj]. Ds Académie française 1694-1932. Au pluriel des gouvernails. Étymologie et Histoire Fin xième siècle governail (Raschi, Gl., Éditions A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 556); 1. ca 1160 mar. (Enéas, Éditions J.-J. Salverda de Grave, 203); 2. xivème siècle « gouvernement » ([Secrets d'Aristote], ms. Richel. 571, fo 123 ro ds Gdf.). Du latin gubernaculum « timon; gouvernail d'un navire », utilisé métaphoriquement en parlant de la direction d'un État. Fréquence absolue littéraire : 275. Fréquence relative littéraire : xixème siècle : a) 503, b) 603; xxème siècle : a) 282, b) 246. Bibliographie. La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, page 172, 415. - Vidos (B.E.). Profilo storico-linguistico dell'influsso del lessico nautico italiano su quelle francese. Archivum Romanicum. 1932, t. 16, page 257.

D'autres mots du dictionnaire :

chromer | carné, ée
le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée