CHAPELET, substantif masculin

CHAPELETsubstantif masculin
I.− Vieux. Couronne, chapeau de fleurs. J'ai tressé de mes mains, d'amarante azurée Et de pavots, un chapelet (Moréas, Les Stances,1901, page 137):
1. Sous des chapelets de violettes, les danseurs ondulaient, les bouffons tendaient leur échine, ... Maurras, Le Chemin de Paradis,1894, page 183.
En chapelet. La plus jeune tressait des fleurs en chapelet (Régnier, Premiers poèmes,Épisodes, 1888, page 192).
II.− [Par analogie de forme]
A.− Objet de dévotion.
1. RELIG. CATH.
a) Objet de piété mariale, en forme de collier, composé de cinq dizaines de grains enfilés sur une chaînette ou un cordon, utilisé pour compter les prières à réciter (confer rosaire) :
2. Personne, comme elle, ne connaissait tous les chapelets et les indulgences qu'ils procurent, l'effet des reliques, les privilèges des eaux saintes. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, page 138.
3. ... elle avait pris son chapelet sous son oreiller et de suite s'était mise à répéter la prière très vite, revenant des derniers mots aux premiers sans aucun arrêt et comptant à mesure sur les grains du chapelet. Hémon, Maria Chapdelaine,1916, page 122.
b) Par métonymie
Prière répétée que l'on récite en faisant glisser entre les doigts les grains du chapelet. Dire, égrener, réciter son chapelet. Le père Decurvil récita les dizaines de chapelet coutumières (Estaunié, L'Empreinte,1896, page 70).
Récitation de cette prière :
4. ... je suis sûr que vous m'avez donné dix grains de chapelet à débiter, pendant un mois, chaque jour, et, depuis ce matin, je me dispute, contre toute évidence, contre tout bon sens pour me convaincre que c'est de dix chapelets quotidiens que se compose ma pénitence. Huysmans, En route,t. 2, 1895, page 118.
P. transpos., iron. Personne très pieuse :
5. Depuis notre installation nouvelle, nous usons d'un gros épicier, fournisseur attitré des prêtres et des religieuses, probité garantie par les plus fins chapelets de la paroisse. Bloy, Journal,1901, page 62.
c) Par métaphore Égrener le chapelet des regrets, des souvenirs. Débiter, défiler, dévider son chapelet. Raconter à la suite et sans interruption tout ce qu'on a à dire (infra II B 2) :
6. Ils sont seuls [Caroline et Adolphe], ils peuvent se dire leurs petits mots d'amitié, défiler le chapelet, de leurs mignardises secrètes. Balzac, Petites misères de la vie conjugale,1846, page 71.
[En parlant d'une famille dont plusieurs membres disparaissent l'un après l'autre]
Vieux. Le chapelet se défile.
Remarque
Semble être un sens de dictionnaires (dep. Fur. 1690).
Argot Chaîne qui relie les deux menottes du prisonnier (confer Esn. 1966) :
7. Ils [des policiers] voulaient que je parle. Fumiers! ils le voulurent... Ah! les trois − si je n'avais pas eu les mains dans le chapelet − tous les trois, avec mes dents, ma gueule, mes pognes et les pieds. F. Carco, L'Équipe,1919, page 57.
2. [Dans certaines religions orientales] Chapelet mahométan, musulman. Composé de quatre-vingt-dix-neuf grains. Chapelet brahmanique. Pour réciter les litanies des noms des divinités. Chapelet bouddhique. Chapelet dont les grains ont une signification symbolique (confer Symboles 1969).
B.− [Souvent suivi d'un complément prép. de] Emplois fig. ou p. anal. Série, suite d'éléments semblables.
1. [Pour désigner des obj. concret]
a) [Les choses sont attachées les unes aux autres] Un chapelet d'oignons, de piments, de saucisses.
Spécialement
ARCHIT. Baguette ornementale sculptée d'une suite de grains ronds, d'olives.
MAN. Couple d'étrivières garnies de leur étrier, qui s'attachent au pommeau de la selle.
Remarque
Attesté dans la plupart des dictionnaires généralement du xixème siècle et Quillet 1965.
Marine Assemblage de barriques flottantes, réunies par des amarres, qui peut servir à supporter ou soulever un bâtiment.
MÉD. Chapelet costal ou rachidien. Rangée de nodosités qui apparaissent, à l'union des côtes et des cartilages costaux, chez les rachitiques.
Remarque
Attesté dans Lar. 20e , Rob., Lar. encyclop. et Quillet 1965.
THÉÂTRE. Décor constitué d'une série de châssis sur lesquels sont peints des images.
Remarque
Attesté dans la plupart des dictionnaires généralement du xixème siècle et Lar. 20e .
b) [Les choses sont placées les unes à la suite des autres] Un chapelet de lacs, d'îles, d'îlots.
En chapelet. En série :
8. Les bombes lancées en chapelet avaient touché aussi les casernes, toutes proches de l'usine. Malraux, L'Espoir,1937, page 618.
Spécialement
ART CULIN. Cercle de petites bulles d'air qui se forme à la surface d'une eau de vie de bonne qualité lorsqu'on la verse.
Remarque
Attesté dans la plupart des dictionnaires généralement du xixème siècle et Lar. 20e , Lar. encyclop., Quillet 1965.
PÊCHE. Suite de balles de plomb dont on garnit le bord inférieur des filets.
Remarque
Attesté dans la plupart des dictionnaires généralement du xixème siècle, Lar. encyclop., Quillet 1965.
Technologie Chapelet hydraulique. Machine servant à élever l'eau, composée d'une chaîne sans fin, garnie de disques ou de godets circulant dans un tuyau.
MÉD. VÉTÉR. Appareil formé d'une série de bâtons reliés par des cordes empêchant le cheval de déranger le pansement qu'on lui a fait.
Remarque
Attesté dans la plupart des dictionnaires généralement du xixème siècle et Lar. 20e .
2. [Pour désigner une succession ininterrompue d'événements, de sensations, de sentiments, etc.] :
9. ... le docteur me regarde d'un air stupéfait. Je ne lui laisse pas le temps d'ouvrir la bouche, et je lui débite avec une prodigieuse volubilité un chapelet de jérémiades sur ma triste position. Huysmans, Les Soirées de Médan,Sac au dos, 1880, page 138.
10. Parfois, il s'oubliait ainsi, [la nuit]... n'entendant plus au dehors, le chapelet des heures, des quarts et des demies, s'égrener lentement, sonores, dans le grand silence de la rue. Courteline, Femmes d'amis,1888, page 164.
Prononciation et Orthographe :
[ʃaplε]. Ds Académie française 1694-1932. Étymologie et Histoire A. Ca 1200 « couronne (de fleurs) » (J. Renart, Escoufle, Éditions P. Meyer, 4333). B. 1. Relig. cathol. 1390 (Rég. du Châtelet ds Gdf. Compl.); 2. page ext. 1597 dire son chapelet (Larivey, Vefve, II, 7 − V, 148 − dans IGLF); av. 1655 débiter son chapelet (Cyrano de Bergerac, Lettres satiriques, 119, ibid.); 3. page anal. a) 2e moitié xvième siècle médical (A. Paré, XVI, 4 dans Littré : un chapelet autour du front, cheute de poil); b) 1675 « suite de certains objets attachés ensemble » chapelet d'oignons, de marrons (Widerhold, Nouv. fr. all. et all. fr. d'après FEW, t. 2, page 289b ); c) 1676 archit. (Félibien Dict., page 518); d) 1680 man. (Rich.); e) 1685 hydraulique (Mém. de la Sté de l'hist. de Paris et de l'Ile-de-France, 1895, page 213). Dimin. (avec suffixe -et*) de l'a. fr. chapel, chapeau*; B page anal. entre la couronne de roses dont on ornait la tête de la Vierge et le collier de grains enfilés constituant une sorte de couronne, chaque grain étant comparé à une fleur; confer rosaire et l'ital. corona (xvième siècle DEI); a remplacé l'a. fr. patenostres (patenôtre). Fréquence absolue littéraire : 803. Fréquence relative littéraire : xixème siècle : a) 583, b) 1 468; xxème siècle : a) 1 632, b) 1 148. Bibliographie. Darm. Vie 1932, page 42. − Gottsch. Redens. 1930, page 350. − Lundquist (E. R.). La Mode et son vocab. Lund, 1950, pp. 105-115. − Mélon (N.), Herbillon (J.), Lechanteur (J.). Textes d'archives. Batellerie liégeoise. Dial. belgo-rom. 1969, t. 23, page 138. − Rog. 1965, page 101. − Termes techn. fr. Paris, 1972, page 152.

D'autres mots du dictionnaire :

châtellenie | chatière
le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée