BESICLES, subst. fém. plur.

BESICLESsubstantif féminin pluriel
Anciennes grosses lunettes :
1. Gros et court, harnaché de besicles, maintenant le col de sa chemise à la hauteur du cervelet, il se faisait remarquer par sa voix de basse-taille et par la richesse de son vocabulaire. Balzac, César Birotteau,1837, page 209.
Expression iron. et familier À grand renfort de besicles; prenez, mettez vos besicles. Examinez attentivement ou prenez garde :
2. En attendant de mobiliser Dicéopolis, on mobilisa le râble de lièvre, on le hacha menu, et on le mit dans des boîtes de fer, avec l'inscription, déchiffrée deux mille trois cents ans plus tard à grand renfort de besicles. Thibaudet, Réflexions sur la litt.,1936, page 225.
Remarque 1. Fam. selon Académie française 1835-1878, Bescherelles 1845; iron. pour Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop., DG; vieilli pour Académie française 1932. 2. On rencontre dans la documentation a) Le néologisme bésiclard, substantif masculin (Sans doute avec une nuance péjoratif; formé sur le modèle de binocle/binoclard). Celui qui porte des besicles. Le beau monstre préférait ce bésiclard studieux froid et calculateur (H. Bazin, La Mort du petit cheval, 1949, page 259). b) L'adjectif besiclé, ée. Des yeux clignés, ridés, besiclés (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, page 29). En emploi substantif Celui, celle qui porte des besicles. J'ai quelque aversion pour les besiclés (S. Mercier, Néologie, t. 1, 1801, page 75).
Prononciation ET ORTH. : [bəzikl̥]. Mart. Comment prononce 1913 croit à l'avenir d'une orth. bésicles.
Étymologie ET Histoire − 1328 bericle féminin « lunette » (Inv. de Clémence de Hongrie, page 2 dans Gay : Une bericle garnie de cuivre otout un estui de cuir, 205. page ); 1399 bezique masculin (Inv. de Charles VI dans Laborde : Un bezique rond, plat, environné de corne noire); 1400 [1379 dans DG] besicle (Inv. D. de B., t. 4, ibid. : Ung bezicle en une queue d'or); 1555 besicles (Pasquier, Recherches, ibid. : Besicles, que nous appelons autrement lunettes); qualifié de «burlesque» par Rich. 1680 et Trév. 1704-52, de «familier» par Académie française 1718-1878. Emploi méton. de l'ancien français bericle voir béryl, cette pierre précieuse ayant servi à faire des verres de lunettes. Bericle est formé de béryl* et de la finale de l'ancien français escarbocle « variété de grenat rouge » (xiies. dans T.-L.), escarboucle*. Béricle est devenu besicle par assibilation du r intervocalique (Fouché, page 604).
Statistiques − Fréquence absolue littéraire : 88.
Bibliographie − Bouillet 1859. − Chesn. 1857. − Gay t. 1 1967 [1887] (s.v. béricle). − Laborde 1872 (s.v. bericle). − Leloir 1961. − Le Roux 1752. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1824. − Prév. 1755. − Vinc. 1910.

D'autres mots du dictionnaire :

fourniment | en-cas, encas

quelques définitions tirées au hasard dans le dictionnaire : 

·le trésor de la langue française, un dictionnaire français·