RAYON, subst. masc.

RAYON1substantif masculin
A. −
1. Ligne ou bande lumineuse issue d'une source de lumière. Rayon d'un phare, d'une lampe de poche; rayons obliques du couchant. Partout où les habitants ne dormaient pas, un étroit rayon de lumière s'échappait par les serrures ou par les chattières, et jaillissait comme un trait rouge à travers la blancheur froide de la nuit (Fromentin, Dominique, 1863, page 10).Le lanternier se retourna, braqua l'éblouissant rayon. Ils virent leurs poursuivants baisser la tête, crocheter pour retrouver la nuit. Le rayon crocheta avec eux, les maintint dans son orbe arrondi (Genevoix, Raboliot, 1925, page 269).
Lumière, clarté donnée par un astre. Rayons des étoiles. Le rayon du jour chassait les poussières de la nuit (Jouve, Scène capit., 1935, page 101):
1. ... il créa, dans ces manoirs invraisemblables, des horizons factices, obtenus au moyen d'artifices de théâtre (...). Il eut des Alpes et des glaciers, des steppes, des déserts de sable brûlés par le soleil; et, la nuit, sous les rayons de la vraie lune, des lacs qu'éclairaient par-dessous de fantastiques lueurs électriques. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Cas de div., 1886, page 1067.
En particulier Rayon de soleil. Brève apparition du soleil. Dans ce pays, comme en Touraine, les vicissitudes de l'atmosphère dominent la vie commerciale. Vignerons, propriétaires, marchands de bois, tonneliers, aubergistes, mariniers, sont tous à l'affût d'un rayon de soleil (Balzac, E. Grandet, 1834, page 8).Je crois que pas un instant nous ne songeâmes, tant ce fut beau, à souhaiter la fin de ce gigantesque cauchemar. Enfin, un rayon de soleil brilla (Benoit, Atlant., 1919, page 82).
Par analogie Personne ou chose qui procure de la joie. On lui remit (...) une lettre timbrée de Saint-Pierre-du-Buquet (...). Ce lui fut un rayon de soleil (Montherl., Célibataires, 1934, page 897):
2. L'espace renfermé entre les quatre murs de votre jardin est le seul lieu au monde où je vive; vous êtes le seul être humain qui me fasse aimer Dieu. J'avais renoncé à tout avant même de vous connaître. Pourquoi m'ôter le seul rayon de soleil que la providence m'ait laissé? Musset, Confess. enf. s., 1836, page 194.
2. Spécialement
a) ARTS DÉCOR., Héraldiqueau pluriel Traits divergents, triangles allongés figurant la lumière. Tête nimbée de rayons. D'une main il tient une épée flamboyante, et de l'autre deux clefs d'airain entourées de fleurs et de rayons (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, page 148).Jésus, à une certaine époque, a été identifié avec le soleil. Il s'inscrit au milieu de la roue à rayons. Son monogramme, dans le disque dérivé de la roue solaire, conserve un sens lumineux (Montherl., Bestiaires, 1926, page 516).
b) BEAUX-ARTS, GÉOM. Rayon visuel. En perspective, ligne théorique partant de l'œil et rencontrant l'objet vu par l'observateur (d'après Bég. Dessin 1978). Dans le plan, le rayon visuel de l'observateur fait avec le sol un angle de 90 degrés; dans l'élévation, le rayon visuel est parallèle au sol: l'angle est nul (P. Lavedan, Urban., 1926, page 107):
3. ... Cyrus Smith enfonça la perche de deux pieds dans le sable (...). Cela fait, il se recula de la distance nécessaire pour que, étant couché sur le sable, le rayon visuel, parti de son œil, effleurât à la fois et l'extrémité de la perche et la crête de la muraille. Puis il marqua soigneusement ce point avec un piquet. Verne, Île myst., 1874, page 125.
Par métonymie Synonyme champ visuel (v. champ1II B 2).Le Général, après un temps de réflexion, pendant lequel il a les yeux fixés sur les deux hommes, qui sont pour lui dans le même rayon visuel, brusquement prend un parti et s'avance à froid vers eux (Feydeau, Dame Maxim's, 1914, i, 15, page 20).
c) Météorologie Rayon vert. Bref éclat de couleur verte observable dans certaines conditions au lever et au coucher du soleil, dû à l'absorption des rayons solaires par l'atmosphère. Il faut (...) que le Soleil soit visible à l'horizon même, et c'est pourquoi le rayon vert se voit assez souvent en mer (Muller1980).
3. Au figuré, [Avec un déterm.] Ce qui éclaire le cœur, ou l'esprit, ce qui exerce sur ceux-ci une influence heureuse. Rayon d'amour, d'espérance, de joie. De jour en jour, son cœur inclinait davantage vers cette religion, pleine d'une douleur qui console (...). Un rayon d'espoir commença de s'insinuer dans son âme (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, page 259):
4. Ce que je voyais naître sur ce visage lourd et fermé (...) c'était (...) une singulière expression de tristesse avertie et sagace, comme on en voit aux vieillards à l'approche de leur dernière maladie, comme éclairée d'un rayon de mystérieuse connaissance. Gracq, Syrtes, 1951, page 35.
B. − Spécialement
1. OPT., PHYS. Trajectoire rectiligne suivant laquelle se propage une radiation et, en particulier, l'énergie lumineuse (dans un milieu homogène). Rayon convergent, divergent; rayon incident, réfléchi, réfracté; indice de réfraction du rayon. La rétine embrasse le corps vitré qui la soutient; elle ne reçoit l'impression des rayons lumineux, qu'à travers cette gelée transparente (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, page 191).
Par analogie Phénomène physique réel ou imaginaire dont la manifestation dans l'espace est analogue aux rayons lumineux.
a) Rayons actiniques ou chimiques (vieux). Voir actinique.Rayons calorifiques (vieux). Synonyme anc. de rayons infrarouges.Voir infrarouge.
b) Rayon laser. Rayon produit par un laser. Yvan Dryer, Californien de trente-huit ans et président de la Laser Image Inc., propose ainsi (...) un « concert cosmique au rayon laser » (Le Nouvel Observateur, 12 déc. 1977, page 85, col. 1).
[Dans les romans d'anticipation ou page réf. à ceux-ci] Rayon de la mort, rayon qui tue. Rayon laser utilisé comme arme. Et le laser? (...) Son emploi comme arme proprement dite, comme « rayon de la mort » si on veut employer ce terme, n'est pas rigoureusement impensable (Encyclop. Sc. Techn.t. 11969, page 728):
5. Des astronefs grands comme des planètes, beaucoup d'extra-terrestres aussi laids que belliqueux, des rayons de la mort (...) et, au milieu de tout cela, un héros ou une équipe de justiciers font la patrouille des espaces intersidéraux... S. Barets, Catal. des âmes et cycles de S.-F., Paris, Denoël, 1979, page 247.
2. PHYS.au pluriel Ensemble de radiations, rayonnement (v. ce mot I B). Rayons électromagnétiques, corpusculaires; rayons infrarouges, ultraviolets. Il est possible de prévenir les lucites en appliquant sur la peau, avant l'exposition au soleil, des enduits protecteurs (...) qui arrêtent les rayons nocifs (Quillet MÉditions1965, page 299):
6. Les radiations (immatérielles) électro-magnétiques sont loin d'être totalement explorées (...) mais qui peut dire que les rayons à fréquences encore beaucoup plus élevées − rayons X, rayons T, rayons cosmiques dont l'étude est à peine amorcée − ne permettront pas des réalisations aujourd'hui inimaginables? Matras, Radiodiff. et télév., 1958, page 125.
En particulier Rayons alpha. Voir alpha I B 1 d.Rayons bêta. Voir bêta B 4.Rayons cathodiques. Voir cathodique, dérivé s.v. cathode.Rayons cosmiques (astron.). Synonyme radiation cosmique.Voir radiation2C 1.Rayons delta. Voir delta B 1 b.Rayons gamma. Voir gamma2B 2.
Rayons durs. Rayons X ou gamma de grande énergie, d'une longueur d'onde relativement courte. Les rayons X (...) ont été appliqués pour la première fois à la peinture en 1896, à Munich, par Roentgen lui-même (...) pour les utiliser avec le plus d'efficacité, il faut employer non pas les rayons durs, utilisés par les médecins, mais les rayons mous (L. Benoist, Musées, 1960, page 80).Rayons mous. Rayons X ou gamma de faible énergie, d'une longueur d'onde relativement élevée. Voir supra exemple de L. Benoist.
Rayons X. Rayonnement électromagnétique de faible longueur d'onde qui a la propriété de traverser les corps matériels et trouve à ce titre de nombreuses applications en médecine et dans l'industrie. Soigner un ulcère par un traitement aux rayons X. À chaque voyage qui suivit, m'eût-il fait passer aux rayons X, jamais Torgau n'eût rien découvert sur moi en dehors des quatre ou cinq cents zlotys à quoi se montait la dépense autorisée (Ambrière, Gdes vac., 1946, page 325).Au figuré, Il les sonnait, les dégonflait en moins de deux... On leur voyait immédiatement le squelette, la trame... C'était un esprit rayons X (Céline, Mort à crédit, 1936, page 405).
MÉD. Radiation (rayons X, ultraviolets et infrarouges, rayonnement radio-actif) pouvant avoir un effet sur l'organisme et utilisé à ce titre. Les techniques radiothérapiques qui utilisent des rayons très pénétrants, exposent à un certain nombre d'accidents et d'intolérances: céphalées, nausées, vertiges, brûlures du cuir chevelu (Quillet MÉditions1965, page 345).
Mal des rayons. Troubles d'intensité variable, principalement digestifs et nerveux, survenant chez les sujets traités par les rayons X ou les rayonnements radio-actifs. L'utilisation des hautes énergies, en radiothérapie, en diminuant la dose intégrale, a permis de diminuer considérablement la fréquence et la gravité du mal des rayons (MÉditions Flamm.1975).
C. −
1. Chacune des pièces de bois ou de métal qui relient le moyeu à la jante d'une roue. Les rayons d'une roue de charrette, de bicyclette, de locomotive. Ainsi s'acheva le rêve (...) une jeune fille qui se débattait pendue aux branches d'un chêne, − et moi que le bourreau liait échevelé sur les rayons de la roue (Bertrand, Gaspard, 1841, page 129).La roue pleine fut délaissée pour la roue à rayons; on en protégea la jante en l'entourant d'une bande de fer, ou bien en la garnissant de clous à tête plate (P. Rousseau, Histoire transp., 1961, page 89).
2. Par analogie Élément divergent à partir d'un centre. Disposition en rayons.
a) Botanique «Pédicule des fleurs des ombellifères» (Agric. 1977).
«Fleurs, en languette, rayonnant à l'extérieur du disque d'une fleur de composée» (Agric. 1977).
Rayon médullaire/ligneux. Dans les végétaux dicotylédones, lame de tissu cellulaire reliant la moelle et l'écorce. (Dict. xixeet xxes.).
b) HIPPOL. Os formant la partie supérieure des membres antérieurs et postérieurs du cheval, dont la longueur et l'orientation déterminent la qualité des allures (Dict. xixeet xxes.).
c) ZOOL. Pièce dure dont l'ensemble constitue la charpente de la nageoire des poissons (Dict. xixeet xxes.).
3. GÉOM. Segment de valeur constante joignant le centre d'un cercle ou d'une sphère à un point quelconque de ceux-ci; longueur de ce segment. Le rayon est égal à la moitié du diamètre. Le solitaire Herschell trace par un cercle de six cent cinquante-cinq millions six cent deux mille six cents lieues de rayon, les pôles de cette sphère immense, au-delà desquels cependant circulent encore des comètes (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, page 348).Mais de quel droit considérons-nous comme égales ces deux figures que les géomètres euclidiens appellent deux cercles de même rayon? (H. Poincaré, Valeur sc., 1905, page 62).
Par analogieAutomobile Rayon de braquage. Rayon du cercle que décrit la roue avant extérieure d'une voiture qui braque au maximum. Un faible rayon de braquage est une des qualités appréciées de la direction, parce qu'il permet au véhicule de tourner dans un espace réduit (Guerber1967).
Par extension «Segment joignant un point fixe à un point arbitraire d'une courbe ou à une position quelconque d'un point mobile» (Uv.-Chapman 1956).
Spéc. ASTRON. Rayon vecteur. «Dans une orbite ou une trajectoire, vecteur joignant le centre de forces au centre de masse du corps qui gravite dans le champ de forces correspondant» (Muller 1980). MATH. Rayon vecteur (d'un point). Segment orienté déterminant la position d'un point quelconque de l'espace par rapport à une origine donnée; longueur de ce segment. La position d'un point quelconque de l'espace, P, par rapport à une origine donnée, O, est complètement définie par la donnée de la direction et de la longueur du vecteur OP; cette longueur est désignée sous le nom de rayon vecteur du point P (Uv.-Chapman1956).
D. −
1. Espace circulaire déterminé, mesuré à partir d'un point d'origine, dans toutes les directions. Dans un rayon donné, restreint (autour de qqc.). Chaque brebis du troupeau, attachée à un pieu central, ne peut brouter une herbe rare que dans l'étroit rayon de la corde qui la retient (Renan, Avenir sc., 1890, page 452):
7. J'appartiens, achevez de l'apprendre, à la célèbre famille Rezeau. Célèbre, évidemment, dans un rayon qui n'est pas celui de la planète, mais qui a dépassé celui du département. H. Bazin, Vipère, 1948, page 17.
Expression Dans un rayon de (+ complément indiquant une distance). Dans un espace circulaire dont le rayon est approximativement de. Je crains un long voyage dans cette saison, et je me contente de faire encore des recherches dans un rayon de quarante kilomètres autour de Paris (Nerval, Filles feu, Angélique, 1854, page 532).L'opérateur a cru pouvoir localiser l'avion dans un rayon de 80 kilomètres autour de « l'île du Sable » (Breton, Nadja, 1928, page 156).
2. Spécialement
a) ARM. Rayon d'action. Distance maximale que peut parcourir à une vitesse donnée un navire, un avion, un char, sans être ravitaillé en combustible. La vitesse, la puissance, le rayon d'action des engins de combat modernes tendent à faire de notre globe un seul et même champ de bataille (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, page 676).
Par extension La durée des campagnes (...) s'est accrue car il a fallu que les unités opèrent à des milliers de kilomètres de leurs ports d'attache. Pour ce faire, le rayon d'action et le tonnage des navires ont été largement augmentés (Boyer, Pêches mar., 1967, page 15).
Au figuré, Espace, domaine où s'exerce l'activité de quelqu'un ou de quelque chose. Étendre son rayon d'action. L'urbanisation a constitué de tout temps un des premiers signes d'une économie plus articulée et dont le rayon d'action s'étend au delà des petits marchés locaux (Univ. écon. et soc., 1960, page 6-15):
8. ... il se lança dans un discours sur la nécessité de rassembler toutes les énergies de l'arrière. Il avait écrit à ce sujet à Poincaré (...). Il aurait souhaité que le gouvernement l'employât à relever le moral des civils. (...) Son rayon d'action à Bourg-du-Mont était ridiculement petit. Billy, Introïbo, 1939, page 182.
b) Droit FISCAL. Rayon douanier/des douanes. Zone avoisinant une frontière terrestre ou une côte, dans laquelle les services douaniers exercent un contrôle accru sur la circulation des marchandises (d'après Barr. 1974).
Prononciation et Orthographe: [ʀ εjɔ ̃]. Homon. et homogr. rayon2 et 3. Att. dans Académie française dep. 1694. Étymologie et Histoire 1. a) 1474 reons du soleil (Mystère de l'Incarnation, Éditions P. Le Verdier, II, 204 et 440); b) 1547 « manifestation de quelque chose (sentiment, faveur, qualité, bienfait, etc.) comparé à une source de lumière » (Marguerite de Navarre, Comédie des Innocents, voir 63 dans Comédies, Éditions F. E. Schneegans, page 98); c) 1549 en parlant des yeux et du regard (Ronsard, Fantaisie à sa dame, 9 dans Œuvres, Éditions P. Laumonier, t. 1, page 36); 1677 rayons visuels (Miege, s.v. voir); d) 1753 « direction dans laquelle est transportée une énergie lumineuse, calorique, etc. » (Encyclop. t. 3, page 24, col. b); 1896 rayons X, rayons Röntgen (C.r. de l'Académie française des sc., t. 122, page 159 [p. 150: all. X Strahlen]); 2. a) 1538 rayons d'une roue (Est., s.v. Radius); b) 1639 « demi diamètre d'un cercle » (Mersenne, Les Nouvelles pensées de Galilée, Éditions Costabel et Lernes, page 70); c) 1823 « espace correspondant à un tracé circulaire déterminé par une longueur définie du rayon du cercle » (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, page 1096); 1890 rayon d'action (Ser, Phys. industr., page 812); 3. 1562 « os de l'avant-bras (radius) » (A. Paré, Éditions J.-F. Malgaigne, t. 1, page 280). Dérivé. de rai*; suffixe -on1*. Bibliographie. Gall. 1955, page 145. − Quem. DDL t. 21 (s.v. rayon d'action), t. 30.

D'autres mots du dictionnaire :

antiar | quittance

quelques définitions tirées au hasard dans le dictionnaire : 

·le trésor de la langue française·