POINTILLÉ, substantif masculin

POINTILLÉsubstantif masculin
A. −
1. BEAUX-ARTS. Rendu qu'on obtient lorsqu'on dessine, grave ou peint sous forme de petits points. Il faut distinguer entre la manière du crayon et le pointillé, qui est l'art de modeler avec des points plus ou moins espacés (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, page 645).Voir pointiller1  B 1 a β exemple de Goncourt.
Locution adverbe Au pointillé. Suivant la technique qui permet d'obtenir le pointillé. Les caricatures révolutionnaires sont généralement au pointillé (GoncourtJournal, 1862, page 1034).J. Bouchardy (...) ne se fit pas graveur au pointillé, quoiqu'il en eût appris le métier à fond. Il devint le Shakespeare du boulevard (GautierHistoire romant., 1872, page 17).Prud'hon nourrissait péniblement sa femme et ses enfants en dessinant des sujets que Copia gravait au pointillé (A. FranceDieux ont soif, 1912, page 14).
2. Héraldique Partie d'un blason recouverte de petits points et correspondant conventionnellement à l'or. (Dict. xixe  et xxe  s.).
3. TISS. Tissu présentant des points à sa surface. Pointillé simple. C'est pour ma cuisinière... Oui, la serge à petit pointillé, celle à deux francs (ZolaBonh. dames, 1883, page 486).Pour obtenir un pointillé par trame, on fait baisser à la place voulue les fils de chaîne sous la trame d'envers de façon que cette dernière ne soit couverte ni par la chaîne ni par la trame d'endroit (Araud, Ch. Thomas, Fabric. drap, 1921, page 171).
4. MÉD., Pathologie État d'un tissu présentant une multitude de petits points d'origine éruptive. La forme ponctuée (...) serait caractérisée par un pointillé similaire de celui du début de la scarlatine (Teissier, Duvoirds Nouv. Traité Méd.fasc. 21928, page 135).
B. −
1. Ligne faite de points, de petites croix et/ou de tirets régulièrement espacés. Découper en suivant le pointillé (Académie française1935).C'était un plan d'autrefois, au dessin et au coloris passés (...). Son doigt suivait le cours de la rivière, cheminait sur le pointillé des allées (LacretelleHts ponts, t.2, 1933, page 49):
1. ... le simple «point devant», par leurs soins, rappelle le pointillé zigzaguant d'une carte routière... ColetteMais. Cl., 1922, page 268.
Par métaphore On finit avec pas mal de pointillés par tracer la paléogéographie d'une époque (CombaluzierIntrod. géol., 1961, page 99).
En pointillé. Dont les contours sont une ligne pointillée. Figure en pointillé. La ligne en pointillés sépare les deux «syntagmes» combinés (CoyaudIntrod. ét. langues documentation, 1966, page 62).
Au figuré, En arrière-plan, sous une forme moins nette ou moins assurée, mais qui laisse supposer ce que sera une chose. Nous devons décrire en pointillé tout ce qui n'est pas la présentation de nos images «conscientes» (RuyerEsq. philos. struct., 1930, page 9).
2. Par extension Succession linéaire, à intervalles réguliers et rapprochés, de figures, de choses semblables. L'aspect de ta lèvre déconcerte. On y remarque un vague pointillé noir, les restes d'une moustache incendiée, la fumée, l'ombre, le regret d'une moustache (RenardLanterne sourde, 1893, page 193).La lumière fait briller le pointillé des boutons de soutane (ButorPassage Milan, 1954, page 91):
2. Au ras de l'eau, des lignes d'ampoules électriques dessinent en pointillé lumineux le contour des restaurants chinois. MalrauxConquér., 1928, page 29.
Par métaphore D'un bal musette s'échappait le soufflet d'un accordéon exténué d'emphysème et le pointillé sec d'un banjo (ArnouxGentilsh. ceinture, 1928, page 123).C'est parce que je tire la ligne droite (...) que la ligne droite, réalisée dans l'unité d'un seul acte, est autre chose qu'un pointillé infini. Qui donc tire le temps? (SartreÊtre et Néant, 1943, page 182).Lorsqu'on veut dessiner la structure de la perception, on le fait en repassant sur le pointillé des sensations (Merleau-PontyPhénoménol. perception, 1945, page 40).
Prononciation et Orthographe:
[pwε ̃tije]. Att. dans Académie française dep. 1835. Étymologie et Histoire 1. 1765 «action de dessiner, graver, en pointillant» (Encyclop.); 1812 «ouvrage d'art ainsi effectué» (Mozin-Biber); 2. 1823 «surface couverte de petits points» (Saint-Hilaire, Manuel des employés de la garantie, page 132 dans Littré); 3. 1868 «succession de points formant une ligne discontinue» (Verne, Enf. cap. Grant, t.1, page 73: le pointillé des cartes). Part. passé substantif de pointiller1  *. Fréquence absolue littéraire: 24. Bibliographie. Gohin 1903, page 368.

D'autres mots du dictionnaire :

prédicateur | inaccordable

Quelques suggestions tirées au hasard dans la base de mot : 

le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée