PATINAGE, subst. masc.

PATINAGEsubstantif masculin
A. − [Correspondant à patiner1A, B]
1. Action d'évoluer, de se déplacer avec des patins à glace ou à roulettes; résultat de cette action. Patinage sur les canaux. Patinage. Glace où l'on n'a pas encore patiné. Ne se distingue pas de l'eau −perfide −on croirait glisser sur l'eau même (GideFeuillets,1896, page 103):
. ... les peuples qui sont joliment valseurs sont les peuples où le patinage est une habitude. Les Françaises valsent le corps tout droit, tandis que les Hollandaises et les autres femmes des pays de patinage valsent avec ce penchement, cette courbe en dehors d'un corps courant sur la glace. GoncourtJournal,1892, page 203.
SPORTS. Activité consistant à pratiquer le patin à glace ou le patin à roulettes. Salle de patinage à roulettes; figures de patinage; patinage sur glace; professeur de patinage; patinage artistique, de vitesse. Peut-être même parviendrait-il à enseigner à un chat le bel art de jouer du tambour et à un lion le noble sport du patinage à roulettes (QueneauPierrot,1942, page 198).Les épreuves de patinage artistique furent disputées pour la première fois aux Jeux olympiques de 1924 à Chamonix (Jeux et sports,1967, page 1306).
SKI DE FOND. Demi-pas de patinage. «Poussées sur le ski aval en position perpendiculaire, le ski amont gardant la même direction» (Gautrat Ski 1969).
2. Par analogie, littéraire Action de glisser en se déplaçant; résultat de cette action. Elle regardait (...) sur la surface miroitante [de la rivière] les rapides glissements et le patinage sans trêve des araignées aux longues pattes (E. de GoncourtZemganno,1879, page 20).
B. − [Correspondant à patiner1C] Action de glisser, de tourner rapidement sur place par manque d'adhérence au sol. Comme l'adhérence du pneu sur le rail est le triple de celle d'un bandage d'acier, la charge nécessaire pour diminuer le patinage a été réduite d'autant. Ces voitures sont donc moins lourdes qu'un train ordinaire complet, d'où économie très sensible de force motrice (AlbitrecciaGds moyens transp.,1931, page 32).À la condition de donner à la locomotive un poids suffisant, le patinage n'existait pas. Les roues lisses adhéraient aux rails lisses (P. RousseauHistoire techn. et invent.,1967, page 257).
Prononciation et Orthographe: [patina:ʒ]. Att. dans Académie française 1935. Étymologie et Histoire1. 1829 sports (Journal des modes, 31 janv., page 41 dans Fr. mod. t.17, page 298); 2. 1868 «action de glisser (en parlant des roues d'un véhicule)» (Littré). Dérivé. de patiner1*; suffixe -age*. Fréquence absolue littéraire: 20. Bibliographie. Bassegoda (M.). Ét. du vocab. du patinage..., pp.168-169. (Thèse 3ecycle. Nancy. 1980).

D'autres mots du dictionnaire :

ahanant, ante | pousseur, -euse

quelques définitions tirées au hasard dans le dictionnaire : 

·le trésor de la langue française·