PAILLARD, -ARDE, adjectif

PAILLARD, -ARDEadjectif
A. − Fam. [En parlant d'une personne] Qui aime les plaisirs de la chair et la joyeuse vie. Synonyme débauché, grivois, libertin, viveur et familier bambocheur, cochon, fêtard; anton. austère, prude, vertueu..Le gros tempérament et l'esprit foncièrement paillard −pardon du mot −de cet auteur [Zola] (Verlaine, OEuvres posth., t.2, Voy. Fr., 1896, page 111).C'était un fort homme, peu respectueux des prêtres, et, s'il ne faut rien cacher, joliment paillard (Bernanos, M. Ouine, 1943, page 1378).
Emploi substantif Il menait une vie de moins en moins régulière, passant au dehors la plus grande partie de ses nuits, hantant des maisons publiques. −C'est un vieux paillard, un vieux coureur, disait Maria, la bonne (Arland, Ordre, 1929, page 356).
B. − Qui a un caractère grivois. Synonyme gaulois.Geste, regard, rire paillard; chanson, histoire paillarde. Si on pouvait ouvrir les esprits (...) on trouverait (...) des images paillardes dans celle [la tête] d'un débauché (Maupass., Sur l'eau, 1888, page 255).Broudier eut un rire gras comme s'il découvrait aux paroles de Bénin quelque sens paillard (Romains, Copains, 1913, page 130).
Emploi substantif féminin Récit ou chanson de caractère grivois. Chanter, raconter des paillardes.
Remarque
Paillardementadverberare. De manière paillarde. Bardolotti (...) riait, et applaudissait, et bousculait paillardement Dorino, lorsque Cave, tenant Assunta renversée dans ses bras, s'écrasait le museau contre elle (Gide, Caves, 1914, page 801).
Prononciation et Orthographe:
[paja:ʀ], féminin [-aʀd]. Att. dans Académie française dep. 1694. Étymologie et Histoire [1073 lat. médiév. Paliardus anthropon. (Cartul. de Marmoutier d'après M. Bambeck dans Mél. Wartburg (W. von) 1968, t.2, page 230); 1160 Paillardus id. (Cartul. de l'abbaye de Noyers, ibid.)] A. 1. Ca 1223 substantif masculin povres cokins paillars «vaurien, fripon» (Gautier de Coinci, Miracles, éd. Voir F. Koenig, 1 Mir 32, 192); fin xiiie  s. «vagabond» (Jakemes, Chastelain de Couci, éd. J. E. Matzke et M. Delbouille, 3964); 2. ca 1380 adjectif en parlant d'une personne (Jean des Prés, Geste de Liège, 2436 Scheler, Gloss. philol. dans Gdf.); 1459 (Arch. JJ 190, fol. 13, ibid.); 1532 paillarde vie (Rabelais, Pantagruel, éd. Voir L. Saulnier, XX, 124). B. 1. 1266 substantif féminin «femme débauchée» (Vers de la mort, 55, 8 dans T.-L.); 1530 substantif masculin (Palsgr., page 659a); 2. début xve  s. adjectif féminin «(d'une personne) dévergondée, débauchée» (Quinze joies de mariage, éd. J. Rychner, 7, 242); 1643 paillard désir (Saint-Amant, La Rome ridicule, 223 dans OEuvres, éd. J. Lagny, t.3, page 18); Rich. 1680 note: «paillarder, paillard, paillarde et paillardise ne se disent que dans le burlesque et dans le satirique le plus bas». Dérivéivé. de paille* (le paillard étant proprement le gueux couchant sur la paille); suffixe -ard*. Fréquence absolue littéraire: 64.
DÉRIVÉS
Paillarderverbe intransitifvieilli. Mener une vie de paillard. −Il faut satisfaire sa fantaisie. −Je la satisferai! −Jouer, dépenser, paillarder, mentir, être insouciant, paresseux, charlatan (Borel, Champavert, 1833, page 186). [pajaʀde], (il) paillarde [-aʀd]. Att. dans Académie française dep. 1694. 1res  apparition attestée 1461 intransitif «agir en paillard, se débaucher» (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1619), 1606 réfléchi se paillarder a «se donner du mal pour» (Béroalde de Verville, Moyen de parvenir, page 71 dans Gdf.), 1690 id. «fainéanter» (Fur.); de paillard, dés. -er.
Bibliographie
Chautard Vie étrange Argot 1931, page 210.
Paillardementadverberare. De manière paillarde. Bardolotti (...) riait, et applaudissait, et bousculait paillardement Dorino, lorsque Cave, tenant Assunta renversée dans ses bras, s'écrasait le museau contre elle (Gide, Caves, 1914, page 801).
Paillarderverbe intransitifvieilli. Mener une vie de paillard. −Il faut satisfaire sa fantaisie. −Je la satisferai! −Jouer, dépenser, paillarder, mentir, être insouciant, paresseux, charlatan (Borel, Champavert, 1833, page 186). [pajaʀde], (il) paillarde [-aʀd]. Att. dans Académie française dep. 1694. 1res  apparition attestée 1461 intransitif «agir en paillard, se débaucher» (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1619), 1606 réfléchi se paillarder a «se donner du mal pour» (Béroalde de Verville, Moyen de parvenir, page 71 dans Gdf.), 1690 id. «fainéanter» (Fur.); de paillard, dés. -er.

D'autres mots du dictionnaire :

favoriser | excédentaire

Quelques suggestions tirées au hasard dans la base de mot : 

le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée