NOMMÉMENT, adv.

NOMMÉMENTadverbe
A. − (En nommant, en désignant quelqu'un, quelque chose) par son nom. Synonyme nominativement.Connaître nommément quelqu'un; demander, dénoncer nommément quelqu'un; charger nommément quelqu'un d'une tâche; parler nommément de quelqu'un, de qqc. Tous, il les rappelle avec louange, et, maintes fois, il les cite, ou nommément, ou par allusion (Ozanam, Philos. Dante,1838, page 237).Comme il me prenait nommément à partie, j'ai répondu, de manière assez brutale (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, page 121):
1. Le peintre ne veut pas tracer des signes sur sa toile, il veut créer une chose; et s'il met ensemble du rouge, du jaune et du vert, il n'y a aucune raison pour que leur assemblage possède une signification définissable, c'est-à-dire renvoie nommément à un autre objet. Sartre, Litt.,1948, page 13.
En particulier Désigner nommément quelqu'un, qqc. Elle (...) recommanda son âme à Dieu, à Notre-Dame, aux benoîts saints du paradis, dont elle désigna nommément plusieurs (A. France, J.d'Arc,t.2, 1908, page 392).Autorisation spéciale, accordée en vue d'une fonction déterminée à remplir dans un établissement nommément désigné (avis du Conseil d'État du 30 octobre 1888) (Encyclop. éduc.,1960, page 71).
Rare. Être nommément quelqu'un. Être expressément désigné comme étant quelqu'un, être quelqu'un en personne. Il avait oublié, misérable, les larmes de sa mère. Il avait pactisé avec l'Antéchrist, car le docteur était nommément l'Antéchrist, et voilà où cela le menait: tout droit à l'apostasie, à l'enfer (Aragon, Beaux quart.,1936, page 57).
B. − Vieilli. Particulièrement, spécialement, notamment. On a trop tôt fait d'imputer à un artiste d'aujourd'hui −aux écrivains nommément, pour qui le moi semble si délectable −un égotisme allant jusqu'à lui ôter la faculté d'aimer les autres (Blanche, Modèles,1928, page 71):
2. Une grande nation −et nommément, cette nation française dont l'histoire se développe sur plus de vingt siècles déjà −comment s'est-elle faite à travers les siècles? L. Febvre, Entre Benda et Seignobos, [1933] dans Combats, 1953, page 81.
Prononciation et Orthographe: [nɔmemɑ ̃]. Académie française 1694: -mément; 1718: -me-; dep. 1740: -mé-. Étymologie et Histoire 1. Apr. 1170 «en nommant par son nom la personne dont il s'agit» nomeement (Wace, Rou, Éditions A. J. Holden, III, 9309); xives. [ms.] nommement (Gloss. lat.-fr., B.N. 7679, fo221 vods Gdf. Compl.); 2. 1174-76 «spécialement; précisément» numeement (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, Éditions E. Walberg, 2165; nomeement, 5331). Dérivé. de nommé part. passé adjectif de nommer*; suffixe -ment2*. Fréquence absolue littéraire: 63.

D'autres mots du dictionnaire :

fornication | mysticité

quelques définitions tirées au hasard dans le dictionnaire : 

·le trésor de la langue française·