DRAGUEUR, EUSE, substantif

DRAGUEUR, EUSEsubstantif
A.− [Désigne ou caractérise un engin remplissant l'usage d'une drague]
1. Au masculin
a) PÊCHE (en Haute Normandie). Bâtiment équipé pour la pêche à la morue, au maquereau ou au hareng, «au Nord, à Yarmouth, aux côtes d'Irlande, etc.» (Baudroit Pêches 1827).
Remarque
Attesté dans Littré, Guérin 1892, Lar. Lang. fr.
b) Marine MILIT. Navire spécialement équipé pour draguer des mines explosives. Deux dragueurs de mines : Congre et Lucienne-Jeanne font leur dur métier à l'entrée des ports de Grande-Bretagne (De Gaulle, Mém. guerre,1954, page 243).
c) TRAVoir PUBL. (Engin) dragueur. (Engin) qui drague. Une chaîne munie de puissants godets dragueurs creusait la terre et la rejetait sur le côté (Ballu, Mach. agric.,1933, page 133).
2. Au féminin Synonyme rare de drague1  * :
1. Et l'on vit encore les remous de l'eau, la cheminée haute du bateau-lavoir, la chaîne immobile de la dragueuse, des tas de sable sur le port... Zola, L'Œuvre,1886, page 9.
B.− [Désigne ou caractérise une personne] Généralement au masculin
1. PÊCHE. Dragueur d'huîtres. «Marin-pêcheur assurant le dragage d'huîtres sur des bancs en mer» (Mét. 1955).
2. TRAVoir PUBL. Ouvrier chargé d'extraire la vase ou le sable au moyen d'une drague ou responsable d'une drague mécanique. Maître-dragueur (Moselly, Terres lorr.,1907, page 25).Puis on se piqua au jeu, et on proposa à la jeune fille des individus invraisemblables, des carrieurs de sable, ou des dragueurs de la Moselle (Moselly, Terres lorr.,1907p. 17).Dragueur de sablière, dragueur-sablier (Mét.1955) :
2. Puis, c'est la nappe, sans reflets, sans source, grise : Un vieux, dragueur, dans sa barque immobile, peine. Rimbaud, Derniers vers,1872, page 178.
3. Argot
a) Celui qui drague (confer draguer B) :
3. Jamais les femmes ne nous avaient à ce point manqué. Pour nous divertir, nous essayions de monter jusqu'au haut de la terrasse, en dragueurs, d'un pied, mais nos jambes molles se dérobaient : il fallait toucher. Renard, Journal,1892, page 125.
b) Celui qui déambule ou aborde les femmes à la recherche d'une aventure galante. Se faire accoster par un dragueur (Rob.Suppl.1970).
Prononciation et Orthographe :
[dʀagœ:ʀ], féminin [-ø:z]. Ds Académie française 1835-1932, uniquement au masculin; mais confer Rob. Suppl. 1970 : «Le féminin dragueuse n'est pas exclu». Étymologie et Histoire 1. 1529 navires dragueurs allant à la pêche des harencs et des maquereaux (Mém. de la fondation du Havre de Grâce, page 71 dans Gdf.); 1664 drageur « petit navire de pêche » (Inventaire des navires de Boulogne, Bibl. nat., Ms. Colbert, no  199); 1829 bateau dragueur « bateau muni d'un appareil pour draguer la vase » (Boiste); 2. 1800 « ouvrier qui drague » (Boiste); 3. 1961 dragueur professionnel (Dict. des femmes, Soc. de publications et d'éditions, page 47, Alger). Dérivéivé. du radical du verbe draguer*; suffixe -eur2  *. Fréquence absolue littéraire : 13. Bibliographie. Bonn. 1920, page 48, 49. − Kemna 1901, pp. 68-69. − Sain. Argot 1972 [1907], page 245; Sources t. 3 1972 [1930] page 523.

D'autres mots du dictionnaire :

ductile | agathée, agathie

Quelques suggestions tirées au hasard dans la base de mot : 

le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée