BLONDIN, INE, adjectif et substantif

BLONDIN1  , INEadjectif et substantif
A.− Emploi adjectif Qui est blond, qui a les cheveux blonds. (confer abricoter exemple). Une blondine chevelure de petite fille (E. et J. de Goncourt, Journal,1876, page 1144).
Spéc. Toile blondine. Sorte de toile écrue (Littré).
Remarque
On rencontre dans la documentation le dérivé blondiner, verbe intransitif, cuis. [En parlant des aliments, du beurre]. Prendre une légère couleur blonde (confer Les Gdes heures de la cuis. fr., A. Dumas, 1872, page 175). Synonyme usuel blondir*.
B.− Emploi substantif Enfant, jeune garçon ou jeune fille qui a les cheveux blonds. Un tout-petit blondin frisé. Un blondin aux joues roses et rebondies (R. Rolland, Jean-Christophe,Le Matin, 1904, page 149):
1. Était-ce bien mon fils, mon petit blondin frisé d'autrefois, mon cher, cher enfant que j'avais bercé sur mes genoux, ce grand garçon brun qui m'appelait gravement « ma mère » ... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Rencontre, 1882, page 333.
2. ... la cadette, une merveille. Une blonde, ou plutôt une blondine avec une tête venue du ciel. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Découverte, 1884, page 958.
Par extension Jeune élégant qui courtise les femmes. Elle aime les blondins, la compagnie des blondins (Académie française1835-78).Jeune blondin qui jadis était courtisé par les femmes chic ou aspirant à le devenir (Proust, Le Temps retrouvé,1922, page 760):
3. Pour quelques heures nous [les comédiens] égalons en bravoure d'ajustements ceux qui s'en piquent le plus : les blondins et petits-maîtres imitent nos élégances empruntées que de fausses ils font réelles, ... T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, page 96.
4. − Bref, ces joues rasées sont encore assez fraîches, et, parole d'honneur, on me prendrait plutôt pour un blondin que pour un menton bleu. Farrère, L'Homme qui assassina,1907, page 17.
Remarque
Blond/blondin. Blondin évoque l'idée de jeunesse, de joliesse par rapport à blond.
Prononciation :
[blɔ ̃dε ̃], féminin [-in].
Étymologie ET Histoire − A.−
Blondin adjectif et substantif 1. 1651 substantif « jeune galant » (Loret, Muze histor., 10 déc. dans Ch.-L. Livet, Lexemple de la langues de Molière, Paris, Imprimerie Nationale, t. 1, 1895, page 260); 2. 1652 adjectif « qui a les cheveux blonds » (Lettre de l'évêque de Montauban au cardinal Mazarin, Arch. hist. de la Gironde, 8, 416 dans R. Ling. rom., t. 20, page 80). B.− Blondine substantif féminin 1869 « variété de toile écrue » (Tarif des douanes, page 145 dans Littré Suppl.). Dérivéivé. de blond*; suffixe -in*.
Statistiques − Fréquence absolue littéraire :
54.
Bibliographie −
Hasselrot (B.). Ét. sur la vitalité de la formation dimin. fr. au 20e  s. Uppsala, 1972, page 60.

D'autres mots du dictionnaire :

bissection | bissexte

Quelques suggestions tirées au hasard dans la base de mot : 

le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée