ASSOMMANT, ANTE, part. prés., adjectif et substantif

ASSOMMANT, ANTEpart. prés., adjectif et substantif
I.− Part. prés. de assommer*.
II.− Adjectif
A.− Vieux. Qui assomme, qui est propre à assommer. Coup assommant (Lar. 19e  ), (massue) arme assommante (Lar. 19e  , Nouv. Lar. ill., Littré).
Remarque
Sens ignoré par Académie française 1835.
B.− Au figuré,
1. Qui accable, qui abat.
a) Dans le domaine de la vie physique.Une chaleur assommante.
b) Dans le domaine de la vie morale.Qui consterne, qui afflige. Un événement, un malheur assommant (Lar. 19e  ).
c) Dans le domaine de la vie intellectuelle.Qui déconcerte, qui (s') abat comme une masse :
1. La lettre d'Arnauld est lourde, assommante; il écrase les romans, l'opéra, la comédie, que Perrault ne condamnait pas à son gré; ... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, page 340.
2. Fam. Qui accable sous le poids de l'ennui, qui agace, contrarie. Un travail assommant (Académie française 1835-1932, Bescherelles 1845, Lar. 19e  , Littré, Pt Lar. 1906, Rob., Quillet, Dub.), un homme assommant (Académie française 1835-1932, Bescherelles 1845, Lar. 19e  ) :
2. Mons Satan tient plus qu'il ne promet, dit Luizzi, il avait annoncé qu'il serait ennuyeux, et il me paraît assommant. Soulié, Les Mémoires du diable,t. 2, 1837, page 61.
3. ... après dîner, une conversation assommante sur l'argent, sur ce qu'on paye une chronique à Coppée au Journal, sur ce que Zola a vendu et vendra Lourdes et Rome, sur ce que l'Éclair a offert à Daudet pour une série d'articles. E. et J. de Goncourt, Journal,1893, page 444.
4. 10 août. − Saint Laurent dont c'est la fête nous restitue le doyen très-en-forme qui fait un discours assommant et inutile. Bloy, Journal,1904, page 112.
III.− Substantif, rare. Personnage qui assomme, qui ennuie :
5. Supprimer l'ennui de son existence, quelle magnifique économie! Pour cela, dans bien des cas, il faut savoir rester seul. Mais savoir se mettre à l'écart, sans offenser les amours-propres, est un art bien malaisé. Il vaudrait mieux savoir tirer parti des fâcheux, des assommants, des ricaneurs et des sots, si l'on ne réussit pas à les phosphoriser ou à les électriser. Amiel, Journal intime,1866, page 549.
Prononciation :
[asɔ ̃mɑ ̃], féminin [-ɑ ̃:t].
Statistiques − Fréquence absolue littéraire :
238. Fréquence relative littéraire : xixe  s. : a) 99, b) 468; xxe  s. : a) 431, b) 416.
Bibliographie −
Bruant 1901. − Duch. 1967, § 57, 58. − Mat. Louis-Philippe 1951, page 252.

D'autres mots du dictionnaire :

assommage | assommeur

Quelques suggestions tirées au hasard dans la base de mot : 

le trésor de la langue française informatisé·Confidentialité et vie privée